2022  u18 w w c  aubin  prefontaine

Des Cantons-de-l’Est au Wisconsin

Coéquipières au Collège de Stanstead, Alexia Aubin et Karel Préfontaine sont à nouveau réunies avec l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada

François Lafleur
|
10 juin 2022
|

Le Collège de Stanstead est bien représenté au Championnat mondial féminin des M18 2022 de l’IIHF, présenté au Wisconsin.

En effet, Alexia Aubin et Karel Préfontaine, deux porte-couleurs des Spartans de cette école secondaire des Cantons-de-l’Est, au Québec, ont été sélectionnées parmi les 13 attaquantes de la formation canadienne au tournoi.

Les deux joueuses ont amorcé leur parcours dans le hockey au sein d’équipes composées majoritairement de garçons avant de faire le saut avec des équipes féminines.

« Je me rappelle la première fois que je l’ai vue, je jouais contre elle quand j’étais plus jeune dans la division bantam avec les As de Québec, explique Aubin. J’avais peur d’elle. Elle était plus petite que moi, mais elle était intimidante. Dans un concours de "push-up", c’est elle qui va gagner. Elle a de gros bras et de grosses épaules, mais quand tu apprends à la connaître, c’est un nounours. Elle est toujours fine, souriante et joyeuse. »

Après s’être affrontées pendant plusieurs années, elles se sont retrouvées avec la même équipe lorsqu'on leur a offert une place à Stanstead.

« Lors d’un match à Ottawa, l’entraîneur-chef de l’école était venu voir la rencontre, raconte Préfontaine qui est originaire de Gatineau. J’ai dû faire bonne impression parce qu’il a contacté mes parents. Il leur a demandé si on pouvait le rencontrer, car il y avait un camp estival à Stanstead. Il était vraiment intéressé. On est allé faire un tour au collège cet été-là. On a continué à parler avec lui, et j’ai ensuite pris la décision d’y aller l’année suivante. »

De son côté, Aubin a profité d’un heureux hasard pour se retrouver à cet établissement scolaire situé aux abords de la frontière américaine.

« Ma mère est amie avec la sœur du directeur du programme de hockey à Stanstead, révèle la joueuse de 16 ans. C’est comme ça que les liens se sont faits. Il a entendu parler de moi et je suis allée visiter l’école un été. J’avais vraiment aimé ça. Ça m’a donné le goût d’aller là. »

Cette saison, l’équipe a pu participer au Défi mondial féminin des écoles sport-études à Winnipeg, un tournoi réunissant des écoles privées du Canada et des États-Unis. C’est Stanstead qui a remporté la compétition en défaisant Kelowna en finale.

« On a quand même eu un bon départ, analyse Préfontaine qui jouera pour l’Université Cornell à partir de l’automne 2023. Ça nous a aidées à nous donner du rythme en vue de la finale. On était plus prêtes que quand on est arrivées là-bas. On a croisé le fer avec de bonnes équipes, surtout Kelowna qu’on avait vraiment hâte d’affronter. C’était plaisant de les battre en finale. »

« On était toutes fébriles d’aller à Winnipeg, de prendre l’avion et de participer à un tournoi, se rappelle Aubin qui a grandi à Lévis. On savait que ce serait notre dernier tournoi ensemble. Ç’a super bien été. On n’avait jamais battu Kelowna. Notre victoire nous a fait réaliser qu’on était plutôt bonnes. Les filles étaient très positives. »

À la fin décembre 2021, seule Préfontaine avait été sélectionnée pour faire partie de l’équipe canadienne qui aurait dû participer au Mondial des M18 aux dates habituelles.

Aubin a, quant à elle, utilisé cette annulation pour avoir une nouvelle chance de faire l’équipe lorsque le tournoi reprendrait. Elle est d’ailleurs la plus jeune joueuse de la formation canadienne et compte acquérir de l’expérience en vue du tournoi de l’année prochaine puisqu’elle sera encore admissible à y participer.

« Je suis arrivée au deuxième camp avec le couteau entre les dents, affirme celle qui a obtenu une aide dans le match de mardi face à la Suède. Je voulais me démarquer et leur montrer ce que je pouvais faire. Je pense que c’était plus stressant pour Karel qui devait garder sa place alors qu’elle avait déjà été sélectionnée. Dans mon cas, je n’avais qu’à faire l’équipe tandis qu’elle tentait d’y rester. »

Il est évident que ce choix allait faire plaisir à Préfontaine qui retrouverait un visage familier dans la formation.

« C’est sûr que c’est rassurant parce qu’elle parle français, révèle celle qui a été nommée capitaine adjointe avec la formation canadienne. C’est bien d’avoir quelqu’un que tu connais. Je sais ce qu’elle vit. On est toutes les deux entourées de joueuses anglophones. On n’est peut-être pas aussi à l’aise qu’elles lorsqu’on parle anglais donc ça aide. C’est une bonne amie à moi. S’il y a quoi que ce soit, je sais que j’ai quelqu’un à qui je vais pouvoir aller parler. Je la comprends mieux que n’importe qui d’autre dans l’équipe canadienne. »

Toutes les jeunes femmes qui participent au championnat représentent le Canada sur la scène internationale pour la première fois de leur carrière. Selon Aubin, il y a beaucoup de fierté au sein du groupe.

« On est arrivées dans le vestiaire et nos chandails étaient déjà accrochés, partage celle qui pourra recevoir des offres d’universités dès le 15 juin prochain. On les a enfilés. Toutes les filles étaient vraiment émotives. On s’est regardées et on avait les larmes aux yeux. On s’est donné des câlins. Je pense que le fait de représenter ton pays et ses valeurs, c’est quelque chose de beau. »

Toutefois, elle rappelle que plusieurs joueuses telles que Blayre Turnbull ont participé aux Jeux olympiques sans pour autant être sélectionnées au Mondial des M18.

Ce tournoi ne représente donc pas le but ultime, mais plutôt une étape vers les plus hauts sommets.

« Il faut continuer de travailler très fort au fil des années sur la glace, mais aussi en dehors, confie Aubin. Je pense que je commence bien et je suis contente de ça, mais je dois continuer de travailler très fort. Ça s’enligne bien, mais il ne faut pas que je me contente de ça. »

« Tu joues pour Équipe Canada donc tu veux performer, réitère Préfontaine. Tu veux prouver à tout le monde qu’on t’a choisie pour une raison. Je pense que c’est plus du stress que de la pression. Il ne faut pas que je prenne les matchs à la légère. Même si je participe au tournoi des M18, ça ne veut pas dire que ma place avec l’équipe nationale senior est garantie. C’est un processus où tu dois travailler fort chaque année. »

La future Marie-Philip Poulin?

Alexia Aubin fait beaucoup parler d’elle depuis quelques semaines alors qu’elle est souvent présentée comme étant la prochaine Marie-Philip Poulin.

« C’est gros, affirme la joueuse de 16 ans. Jusqu’à ce qu’il y ait plein d’articles à mon sujet, je pensais que j’étais juste une fille qui jouait au hockey comme les autres. Je ne me trouve pas vraiment meilleure que les autres, mais c’est un grand honneur d’être comparée à elle. C’est une femme extraordinaire et une excellente joueuse de hockey. C’est flatteur. »

Poulin est la joueuse préférée d’Aubin. D’ailleurs, son père lui a enseigné au secondaire et a remarqué son côté compétitif.

« J’aime beaucoup Marie-Philip Poulin depuis que je suis jeune, de dire la jeune attaquante. C’est le modèle de beaucoup de monde dans le hockey féminin. J’aime son jeu, c’est une fille intense autant défensivement qu’offensivement. Je prends exemple sur elle. »

Il ne reste plus qu’à suivre les traces de la légende canadienne. En participant au Championnat mondial féminin des M18, Aubin est exactement là où elle se doit d’être.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
ENF 2022-2023 : USA 2 – CAN 1 (Match 2)
Campbell a bloqué 32 tirs, mais le Canada a perdu à Kamloops.
ENF 2022-2023 : USA 4 – CAN 3 TB (match 1)
Clark donne l’avance aux siennes en troisième, mais le Canada s’incline en tirs de barrage.
M17 2022 : Jour 10 – samedi 12 novembre
Les É.-U. ont remporté la médaille d’or, Canada Rouges a obtenu l’argent et la Finlande repart avec le bronze.
M17 2022 : Jour 9 – vendredi 11 novembre
Canada Blancs, Canada Noirs et Canada Rouges ont chacun remporté leur match vendredi.
Horaire