2020 21 nwt jocelyne larocque haley irwin feature f

Garnir son coffre à outils

Haley Irwin et Jocelyne Larocque ont poursuivi leur formation d’entraîneuse cet été au Séminaire des entraîneurs en développement des habiletés de Hockey Canada

Jason La Rose
|
6 août 2020
|

Haley Irwin a officiellement annoncé sa retraite de l’équipe nationale féminine du Canada le 3 juin dernier, mais celle qui a remporté deux médailles d’or olympiques est loin d’avoir terminé son parcours avec Hockey Canada.

Au début du mois de juillet, Irwin a imité sa coéquipière de longue date Jocelyne Larocque en participant au Séminaire des entraîneurs en développement des habiletés de Hockey Canada, qui conduit à la certification des entraîneurs en développement des habiletés au sein de l’organisme national. 

Au cours d’une année typique, la plus grande partie du séminaire, tenu aux quartiers généraux de Hockey Canada à Calgary, se passe sur la patinoire. Cependant, l’année 2020 a été une année où toutes les habitudes ont été chamboulées, et la pandémie de COVID-19 a forcé la tenue du séminaire en ligne pour la toute première fois.

Il y a eu 15 séances de 90 minutes chacune – les sujets portaient sur la façon de bâtir un plan de développement des habiletés, le patinage, le contrôle de la rondelle, le développement des défenseurs et les petits détails qui permettent de marquer des buts – ainsi que deux tables rondes en cinq jours.

« Je sais qu’ils ont dû travailler vraiment dur pour rendre le tout interactif et intéressant avec Zoom, mais ils ont fait de l’excellent boulot pour y arriver », indique Larocque. « Tu dois quand même écouter les conférenciers, suivre les diapositives PowerPoint. C’était bien d’entendre parler différents conférenciers parce que tout le monde a son point de vue personnel sur le patinage, sur les tirs et sur le maniement de la rondelle. J’ai certainement pu en tirer bon nombre de conseils. »

Bien qu’elle patrouille toujours la ligne bleue pour Équipe Canada, Larocque a commencé à mettre ses œufs dans différents paniers, alors qu’elle a récemment contribué à lancer l’entreprise de conditionnement physique Stoke Strength and Conditioning à Hamilton, en Ontario, où elle occupe les postes d’entraîneuse et de coordonnatrice du programme de hockey.

Irwin, dont la dernière présence sur une patinoire remonte au match pour la médaille d’or des Jeux olympiques de 2018, amorce actuellement sa deuxième année dans le rôle d’entraîneuse adjointe au sein du programme de hockey féminin de l’Université Ryerson. Elle a aussi réintégré le programme national, l’été dernier, en tant qu’entraîneuse invitée à l’occasion du camp de sélection de l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada.

Pour ces deux joueuses, qui par ailleurs dirigent ou aident à diriger différents camps de hockey pendant l’année, obtenir leur certification d’entraîneuse en développement des habiletés est une façon comme une autre de rester au cœur de l’action dans le monde du hockey, un sport qui a enrichi leurs vies de tellement de façons.

« Mon intérêt [pour la profession d’entraîneuse] vient du fait que je ressens toujours autant de passion pour le hockey et que je sens le besoin de mieux comprendre le travail que font les entraîneurs », indique Irwin. « [J’aime savoir] ce qui existe, et le développement des habiletés a toujours été un aspect du jeu qui m’a intriguée. Ça m’interpelle d’une autre façon. »

« Je suis reconnaissante de pouvoir le faire pendant que je joue encore », ajoute Larocque. « Ça peut représenter un défi de faire rentrer tout ça dans mon horaire, mais j’adore ça et c’est quelque chose que je veux continuer de faire même quand j’aurai mis fin à ma carrière de joueuse. »
Pour la Manitobaine originaire de Sainte-Anne qui compte 126 matchs d’expérience, deux participations aux Jeux olympiques et sept présences aux Championnats mondiaux au sein du programme national, il s’agit d’un avantage de pouvoir ajouter des cordes à son arc alors qu’elle joue encore.

« Quand tu décortiques le tout, cela a tellement plus de sens », dit-elle. « Je trouve, en raison surtout du fait que je suis défenseure, que lorsque je m’adresse à des attaquants pour leur parler de différentes choses, par exemple sur la façon qu’ils tirent la rondelle ou la protègent à l’approche des défenseurs adverses, ça me fait réfléchir et je me dis, "Ah ouais, ils ont vraiment de la difficulté à le faire", alors je peux exploiter ça à mon avantage. Tu en apprends pas mal plus sur le hockey quand tu dois décortiquer ses éléments et l’enseigner à d’autres. »

Irwin et Larocque savent toutes deux quelles sensations on ressent quand on représente son pays, quand on se retrouve sous les feux de la rampe et quand on remporte les titres les plus importants du hockey féminin.

Bien que ces sensations-là représentent quelque chose de spécial et d’unique en leur genre, c’est autrement satisfaisant de contribuer à façonner les nouvelles tendances du hockey et d’avoir une influence directe sur les athlètes qui représentent son avenir.

« Quand tu vois une joueuse progresser ou commencer à comprendre quelque chose parce que tu as passé du temps à travailler avec elle, c’est une sensation incroyable que tu ressens en tant qu’entraîneuse », souligne Irwin. « J’ai beaucoup appris de mes entraîneurs, que ce soit un apprentissage ayant rapport au hockey ou à la vie. Je veux juste redonner un peu de cela à la génération suivante. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire