keegan kolesar feature
Jusqu'au bout du rêve pour un père et son fils
Préposé aux bâtons un été, Keegan Kolesar a eu un aperçu de la vie des athlètes de l'élite
Wendy Graves
|
1 août 2016
|

Pour un jeune garçon de neuf ans, assister à un match de baseball presque tous les jours avec son père pendant l'été peut sembler un été idéal.

Mais Keegan Kolesar n'a pas passé l'été de 2006 à grignoter du maïs soufflé et des arachides. Il a plutôt ramassé des bâtons et apporté des collations, car chaque jour, son père, Charles Peterson, pouvait amener son enfant au travail, une situation qui convenait parfaitement aux deux.

Peterson jouait alors pour les T-Bones de Kansas City, dernière équipe avec laquelle il a joué au cours d'une carrière professionnelle de 14 ans qui a vu le joueur de champ et premier but évoluer auprès de 13 équipes dans trois pays.

« Comme joueur, vous êtes parti tout le temps; vous cherchez donc des façons pour être le plus possible avec vos enfants, » dit Peterson, un choix de première ronde des Pirates de Pittsburgh lors du repêchage 1993 de la MLB. « Il a toujours été à l'aise auprès des joueurs lorsque je l'amenais dans le vestiaire, alors à ma dernière année, j'ai décidé qu'il allait être le préposé aux bâtons. »

Le duo arrivait au terrain de balle le matin, endossait leur uniforme et passait plus de 11 heures ensemble. Lorsque le temps le permettait, les deux s'amusaient à frapper et à lancer des balles.

Kolesar était occupé à remplir les bouteilles d'eau et à accomplir diverses tâches dans le vestiaire, mais il veillait aussi à ce que les joueurs soient à leur affaire.

« La plupart du temps, il devait aller chercher les repas d'avant-match, » dit Peterson, qui a épousé la mère de Kolesar, Corinne, lorsque Keegan avait un an. (Le couple est maintenant divorcé.) « Il ne rapportait jamais la monnaie. Si cela coûtait 10 $ et que vous lui en donniez 20, vous pouviez être certain de payer 20 $, peu importe. »

À son premier match comme préposé aux bâtons, l'équipe lui a demandé de se placer le long de la ligne du champ droit. Peu de temps après, il signait des autographes.

« Je ne comprends toujours pas comment il a pu se retrouver à faire ça, » dit Peterson. « Il sentait vraiment qu'il faisait partie de l'équipe. Il était un professionnel dès le départ. »

Même s'il s'est beaucoup amusé, Kolesar, qui joue maintenant à l'avant avec les Thunderbirds de Seattle de la Ligue de hockey de l'Ouest, a beaucoup appris cet été-là. Les longs voyages en autobus, les hauts suivant un bon match, les bas après un mauvais match, les médias... il a tout vu de près et a appris comment gérer tout cela à un jeune âge en côtoyant son père et ses coéquipiers.

« Sur le coup, vous ne pensez pas vraiment à l'aspect mental, » dit Kolesar, « mais avec le recul, vous vous rendez compte qu'ils se préparaient tous les jours sans jamais prendre une journée de congé. Ils profitaient de chaque jour pour s'améliorer. »

Peterson est maintenant dépisteur pour les Cardinals de St. Louis. Il admet ne pas connaître grand-chose au hockey - « Je suis le parent qui tape sur les nerfs de tout le monde en posant beaucoup de questions parce que je suis en train d'apprendre le jeu, » dit-il en riant -, mais il a été une ressource inestimable pour Kolesar au cours de la saison dernière alors qu'il était admissible au repêchage.

« Il m'explique l'aspect mental du jeu et m'aide à garder un certain équilibre lorsque les choses se compliquent, » affirme Kolesar qui a été repêché en troisième ronde par les Blue Jackets de Columbus. Dès que Kolesar a eu six ans, Peterson a insisté sur le fait qu’il devait apprendre à contrôler ce qu’il pouvait contrôler. « J'ai eu la chance de l'avoir de mon côté pendant mon année de repêchage. Il disait : les gars qui t'aiment vont t'aimer et ceux qui ne t'aiment pas ne t'aimeront pas; il suffit donc de jouer à ta manière. »

(Kolesar a récemment communiqué avec son père biologique, K.D. Williams, un ancien joueur de ligne de la LCF et de la NFL, pour la première fois en 15 ans. Parler de sport en général a aidé à tisser des liens, et Williams aussi a partagé ses connaissances de l'aspect mental d'un sport.)

Kolesar est l'un des 41 joueurs au camp estival de développement Sport Chek de l’équipe nationale junior du Canada. C'est la première fois qu'il participe au Programme d’excellence de Hockey Canada depuis le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2014 où Kolesar était capitaine adjoint d'Équipe Ouest.

Après avoir pris part à un match au cours de la saison 2012-2013 avec Seattle, Kolesar est devenu un membre important de la formation des Thunderbirds. Au cours des trois dernières années, il a vu son rôle évoluer. À son année recrue, il évoluait au sein du quatrième trio. Maintenant, on fait appel à lui dans toutes les situations, non seulement pour son offensive, mais aussi pour sa robustesse qui intimide l’adversaire.

Ses points ont considérablement augmenté d'une saison à l'autre - de 8 à 38 à 61 -, et lors de la course au championnat de la WHL de Seattle au printemps dernier, il a accumulé presque un point par match.

Sa confiance en lui s'est développée bien avant qu'il se joigne aux Thunderbirds.

À 10 ans, Kolesar a été retranché de son équipe et il n'a pas joué de la saison. Il était de retour la saison suivante et s'est amélioré progressivement. Deux ans plus tard, il était capitaine de son équipe bantam.

« À 13 ans, j'ai pensé que ceci pourrait peut-être mener quelque part. »

Son amélioration la plus nette est sans doute survenue la saison dernière, et ce, en grande partie à cause des leçons apprises il y a 10 ans sur un terrain de baseball du Midwest des États-Unis.

« Je crois que je suis un joueur plus complet [maintenant], » dit-il. « Je me concentre surtout pour être plus constant et un joueur complet. Tu ne peux pas te permettre de prendre congé lors d'une présence sur la glace - chaque présence compte, et tu dois t'assurer d'être constant chaque présence, chaque match. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
ENF : Rencontres à Victoria
Des joueuses de hockey atome de la CRFMHA ont eu la chance de rencontrer des membres d’Équipe Canada.
CMJ 2020 : CAN 4 – RUS 3 (Médaille d’or)
Thomas marque le BG à 3 min 58 s de la fin et le Canada remporte l’or.
Horaire