Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Déclaration de Hockey Canada pour les parties prenantes

24 August 2022

Depuis quelques mois, Hockey Canada répond aux questions de la population canadienne et des partenaires de l’organisation concernant les mesures qui seront prises pour assurer la sécurité et le bien-être de l’ensemble de ses participants et participantes et amateurs et amatrices. Nous avons récemment dévoilé un plan d’action visant à éliminer les problèmes systémiques et à renforcer la sécurité et l’inclusion dans le monde du hockey au Canada. Nous savons que nous avons l’occasion d’en faire davantage en réponse aux comportements qui font ombrage à tout le bien que ce sport apporte à notre pays. C’est précisément l’objectif de notre plan d’action. Nous invitons tout le monde à consulter ce plan et à nous faire part de tout commentaire.

En plus de présenter les mesures qui seront prises par Hockey Canada, nous avons répondu aux questions de la population canadienne au sujet de deux allégations perturbantes – l’une concernant le Gala de la Fondation Hockey Canada à London en 2018 et l’autre, l’édition 2003 du Championnat mondial junior de l’IIHF à Halifax – et de la façon dont l’organisation traite les allégations d’inconduite sexuelle. Nous comprenons le désir de la population canadienne d’obtenir des réponses au sujet des allégations d’inconduite sexuelle de 2018 et de 2003 et de voir tout comportement criminel ou acte répréhensible être puni adéquatement. Hockey Canada souhaite la même chose et ne ménage aucun effort pour soutenir les enquêtes sur ces allégations menées actuellement par les services de police locaux et des enquêteurs indépendants.

Étant donné le sérieux de ces dossiers, nous savons que les membres de Hockey Canada veulent qu’on leur explique directement comment l’organisation gère ces situations. Par souci de transparence, nous tenons à détailler notre approche quant aux questions d’inconduite sexuelle, à la façon de traiter ces deux allégations en particulier et à notre engagement en matière d’amélioration continue pour la suite.

Approche de Hockey Canada quant à l’inconduite sexuelle

Soulignons d’abord que chaque cas d’inconduite sexuelle qui se produit dans notre sport en est un de trop. Il n’y a aucune tolérance pour les mauvais traitements et la maltraitance au hockey, peu importe les circonstances. Hockey Canada souhaite que les personnes se sentent en maîtrise de leur situation et en sécurité lorsqu’elles font état de comportements inacceptables observés ou subis, comme du racisme, de l’intimidation, des agressions ou des abus sexuels ou d’autres formes de maltraitance.

Lorsque Hockey Canada prend connaissance d’allégations d’inconduite sexuelle, l’organisation met en œuvre différentes mesures visant à soutenir les victimes, à assurer la tenue d’enquêtes indépendantes exhaustives pour confirmer tout acte répréhensible commis et à former un groupe externe pouvant établir les sanctions adéquates pour toute infraction à notre code de conduite.

Hockey Canada sera bientôt l’un des organismes signataires en bonne et due forme du Bureau du Commissaire à l’intégrité dans le sport (BCIS), qui aura la responsabilité de traiter les plaintes, les allégations et les inquiétudes à l’échelle des programmes nationaux. Hockey Canada travaillera de pair avec le BCIS pour veiller à ce que les incidents allégués d’inconduite sexuelle fassent l’objet d’enquêtes exhaustives et de sanctions adéquates.

Fonds national de capitaux propres de Hockey Canada

Étant donné les idées fausses qui circulent à l’égard du fonds national de capitaux propres, nous souhaitons vous faire part de son historique et de son utilisation.

Le fonds national de capitaux propres est un fonds distinct établi à des fins d’assurance et de gestion du risque. Ce n’est pas un « fonds secret », il s’agit d’un moyen pour Hockey Canada de soutenir quiconque a été blessé ou a subi un préjudice lorsque les polices d’assurance sont insuffisantes. Le recours à ce type de fonds est reconnu comme une pratique financière exemplaire pour les organismes sportifs. Comme le courtier d’assurance de Hockey Canada Barry Lorenzetti, président et chef de la direction de BFL Canada, l’a expliqué devant le Comité permanent du patrimoine canadien le 27 juillet dernier, le maintien d’un tel fonds de prévoyance constitue une pratique courante et prudente en matière de gestion du risque pour un organisme sportif.

Le fonds a été créé en 1986, lorsque Hockey Canada était autoassurée et ne souscrivait pas de polices d’assurance pour se protéger à l’égard de responsabilités potentielles. Au milieu des années 1990, Hockey Canada a commencé à se doter de polices d’assurance, mais certaines responsabilités potentielles ne sont pas couvertes par l’assurance. C’est ce contexte et la volonté de permettre à Hockey Canada d’indemniser des tiers quant à des responsabilités non assurées par les protections prévues dans ses polices d’assurance qui ont mené à la création de ce fonds désigné pour les règlements liés à des responsabilités non assurées.

Aujourd’hui, le fonds sert principalement à payer les primes et les franchises des polices d’assurance responsabilité civile générale commerciale et d’assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants, en plus de soutenir des initiatives de sécurité, de bien-être et d’équité (comme la recherche sur les commotions cérébrales, les vérifications de casier judiciaire pour les bénévoles et le personnel ainsi que des dons à des organismes de soins de bien-être). Environ 95 % des paiements effectués à partir de ce fonds depuis 1995 l’ont été à ces fins.

Les responsabilités non assurées comprennent, dans certains cas, les réclamations liées à des cas d’inconduite sexuelle, mais celles-ci ne représentent qu’une petite partie des paiements faits au moyen du fonds. De 1995 (année où Hockey Canada a souscrit ses premières polices d’assurance) à 2021, le pourcentage des paiements provenant du fonds pour régler des réclamations liées à des allégations d’inconduite sexuelle s’élève à moins de 4 % par rapport au montant total du fonds.

Le fonds national de capitaux propres est financé au moyen des frais d’assurance désignés de 13,65 $ facturés aux personnes inscrites auprès de Hockey Canada et des revenus tirés du placement de ces montants. Ces frais et ces revenus de placements sont recueillis et comptabilisés séparément des autres frais et recettes pour veiller à ce qu’ils servent uniquement aux fins prévues.

Le fonds fait l’objet d’une vérification externe chaque année et est désigné clairement dans les états financiers annuels de l’organisation. Hockey Canada ne s’est jamais cachée d’utiliser le fonds pour des règlements liés à des responsabilités non assurées. Toutefois, à la lumière des préoccupations du public concernant l’utilisation des frais d’assurance des participants inscrits pour régler de telles réclamations lorsqu’elles ont trait à des cas d’inconduite sexuelle, le recours à de tels paiements a été suspendu dans l’attente d’une révision indépendante de la gouvernance de l’organisation, qui déterminera notamment si cette utilisation du fonds demeure appropriée pour un organisme sportif comme Hockey Canada.

Réponse de Hockey Canada aux allégations de juin 2018

Nous savons que la population canadienne se questionne au sujet de la réponse de Hockey Canada aux allégations d’inconduite sexuelle de juin 2018. Hockey Canada a pris les mesures suivantes après avoir pris connaissance des allégations par l’intermédiaire d’un appel téléphonique du beau-père de la jeune fille qui a eu lieu vers 9 h 30 le matin du 19 juin 2018 :

(a) Dans l’heure qui a suivi, la directrice des ressources humaines de Hockey Canada a appelé le beau-père pour lui demander des précisions. À ce moment, l’organisation ignorait si la jeune femme comptait porter plainte à la police ou non.

(b) À 13 h environ, Hockey Canada a réuni son équipe de la direction, peu après l’arrivée à Calgary de Tom Renney, chef de la direction, et de Scott Smith, chef de l’exploitation, par avion. Hockey Canada souhaitait obtenir des conseils quant à la marche à suivre lorsqu’un membre de la famille rapporte des allégations d’inconduite sexuelle alors que la victime alléguée ne souhaite pas porter plainte à la police.

(c) Vers 14 h, Hockey Canada a déterminé qu’elle s’adresserait au service de police de London, mais voulait d’abord parler à la famille de la jeune femme.

(d) Autour de 15 h, Hockey Canada a parlé à la mère de la jeune femme, qui a affirmé avoir communiqué avec la police. Les policiers ont informé la mère de la jeune femme qu’aucune démarche ne pouvait être entreprise si la jeune femme ne portait pas plainte. Hockey Canada a discuté de cette situation à l’interne et a confirmé qu’elle rapporterait tout de même l’incident à la police.

(e) À environ 17 h, Hockey Canada a joint le service de police de London par téléphone pour rapporter les allégations. Approximativement 90 minutes plus tard, un détective du service de police de London a rappelé Hockey Canada pour l’informer qu’il avait parlé à la jeune femme et qu’elle ne souhaitait pas participer à une enquête policière.

Le 26 juin, Hockey Canada a mis Sport Canada au courant des allégations et des mesures entreprises. Le représentant de Sport Canada a expressément demandé à Hockey Canada de ne fournir que les grandes lignes concernant les allégations et de ne pas donner de détails précis sur l’incident. Sport Canada a aussi salué la diligence dont l’organisation a fait preuve dans sa réponse.

Enquête de Hockey Canada sur l’incident de juin 2018

Le 19 juin 2018, Hockey Canada a retenu les services de Danielle Robitaille, de Henein Hutchison s.r.l./S.E.N.C.R.L., l’un des cabinets d’avocats les plus réputés au Canada dans le domaine du droit criminel et des enquêtes internes, pour la tenue d’une enquête indépendante. Comme Mme Robitaille l’a affirmé au Comité permanent du patrimoine canadien, Henein Hutchison a décidé de manière autonome des démarches entreprises tout au long de son enquête.

Henein Hutchison a agi rapidement. Le 25 juin, le cabinet a communiqué avec la mère de la jeune femme pour proposer à cette dernière de produire une déposition. La mère a répondu aux enquêteurs que la jeune femme avait besoin de temps pour réfléchir à ses options. Henein Hutchison a effectué un suivi le 28 juin et le 6 juillet.

Le 26 juin 2018, Henein Hutchison a écrit aux 19 joueurs qui ont assisté au gala à London et a entamé un processus d’entrevue en personne avec ces joueurs quatre jours plus tard. Au début de juillet, les enquêteurs avaient rencontré 10 joueurs, mais la jeune femme et neuf joueurs ont choisi de ne pas participer à ce processus en raison de l’enquête policière en cours. Henein Hutchison a déterminé qu’il était impossible de poursuivre les entrevues avec les joueurs restants sans la participation de la jeune femme.

Nous ignorons les détails concernant l’enquête du service de police de London, mais de ce que nous en savons, tous les joueurs qui ont été invités à prendre part à l’enquête l’ont fait, et la police a également été en mesure de parler avec la jeune femme. Enfin, la police de London a conclu son enquête en février 2019 sans déposer d’accusations contre aucun joueur.

De février 2019 à avril 2020, Henein Hutchison a régulièrement relancé l’avocat de la jeune femme pour demander à celle-ci de participer à son enquête. Ultimement, elle a refusé, ce qui était son droit. Comme Mme Robitaille l’a affirmé au Comité permanent du patrimoine canadien, elle a conclu en septembre 2020 qu’il ne serait pas approprié ni conforme aux pratiques exemplaires en matière d’enquêtes de poursuivre son travail sans l’obtention d’une déclaration de la jeune femme. En effet, sans la participation de la jeune femme, toute conclusion factuelle découlant de l’enquête aurait été hasardeuse, voire trompeuse.

Henein Hutchison a donc recommandé à Hockey Canada de fermer l’enquête en septembre 2020, sans écarter la possibilité de la rouvrir plus tard advenant de nouveaux développements. Hockey Canada a suivi cette recommandation et a demandé à Henein Hutchison de fermer son enquête.

Lors de l’audience du 20 juin 2022 devant le Comité permanent du patrimoine canadien, Scott Smith a réitéré fermement que si la jeune femme souhaitait participer à l’enquête, Hockey Canada rouvrirait celle-ci. Cette déclaration a mené à des discussions entre les avocats de Hockey Canada et de la jeune femme au sujet de la possibilité et des modalités d’une telle participation à l’enquête si elle était rouverte. Le 9 juillet, après une période de réflexion, la jeune femme a accepté de participer à l’enquête d’une manière qui convenait à l’enquêtrice, et Hockey Canada a demandé à Henein Hutchison de rouvrir l’enquête, qui suit maintenant son cours.

Hockey Canada a depuis confirmé publiquement qu’elle imposera des sanctions allant jusqu’à une interdiction de participer à tout programme de l’organisation à tout joueur qui refuse de prendre part à l’enquête de Henein Hutchison.

Henein Hutchison remettra son rapport d’enquête à un comité d’arbitrage indépendant de trois personnes qui détermineront les sanctions adéquates pour toute violation confirmée du code de conduite de Hockey Canada, lesquelles pourraient comprendre l’exclusion à vie de toutes les activités de l’organisation.

Réponse à la déclaration en mai 2022

Le 20 avril 2022, la jeune femme a présenté une déclaration devant la Cour supérieure de justice à London, en Ontario. Son plaidoyer comprenait des allégations d’inconduite grave et odieuse à l’endroit de Hockey Canada et de huit joueurs non nommés relativement à des événements qui se seraient produits les 18 et 19 juin 2018. Hockey Canada n’a jamais été mise au courant des allégations précises avant le début de mai 2022.

Une déclaration constitue un document public consigné dans un dossier de la Cour. Dès sa présentation, elle peut être consultée par le public. Il serait impossible de cacher l’existence d’une telle déclaration ou son contenu, et Hockey Canada n’a jamais tenté de le faire.

Une particularité de la déclaration était la demande d’une ordonnance de mise sous scellés pour protéger tant l’identité de la plaignante que celle des huit joueurs non nommés. Il est plutôt inhabituel pour un plaignant de souhaiter protéger l’identité de défendeurs avec lesquels il n’a aucun lien. Comme son avocat l’a récemment confirmé à la CBC, la jeune femme ne voulait pas révéler l’identité des joueurs.

Les allégations contenues dans la déclaration ont soulevé de nombreuses discussions dans les nouvelles et les médias sociaux. Hockey Canada a tenté de clarifier que les allégations contenues dans la déclaration au sujet de sa réponse à l’incident sont inexactes. Hockey Canada, qui prend toujours au sérieux les allégations d’agression sexuelle et souhaite que les plaintes liées à de tels cas soient déposées, a agi rapidement pour rapporter les allégations de la jeune femme et faire enquête sur celles-ci.

Après avoir pris connaissance de la déclaration et suivant les recommandations de conseillers professionnels, Hockey Canada a décidé que, à titre d’hôte et d’organisatrice de l’événement où l’incident allégué se serait produit, elle se devait d’entamer des discussions visant un règlement avec la plaignante. Le conseil d’administration a autorisé un montant maximal pouvant servir aux négociations des avocats en vue d’un règlement, puis a confié aux conseillers de Hockey Canada la tâche de négocier ce règlement et de documenter le processus.

Hockey Canada a essuyé de nombreuses critiques de la part du public et des membres du Comité permanent du patrimoine canadien en raison de cette décision. On a reproché à l’organisation d’avoir opté pour un règlement alors qu’elle soutenait que les allégations la visant étaient non fondées ou fausses. Ces critiques ne tiennent pas compte des options autres que celle de régler l’affaire promptement. Hockey Canada aurait pu s’opposer à la déclaration et contraindre la jeune femme à s’engager dans une longue et difficile bataille juridique, mais l’organisation a jugé qu’il ne s’agissait pas de la réponse appropriée.

Une telle poursuite judiciaire mènerait à un examen public scrupuleux des allégations et des comportements, des témoignages rendus publics, des contre-interrogatoires ainsi que des tactiques de défense qui peuvent consister notamment à s’attaquer à la crédibilité et à la moralité de la plaignante. Elle aurait aussi pu faire en sorte que l’identité de cette dernière soit dévoilée au public contre son gré, ce que Hockey Canada voulait éviter.

Nous avons plutôt choisi de travailler à la conclusion d’une entente mutuellement acceptable prévoyant des dispositions adéquates en matière de confidentialité pour protéger l’identité de la plaignante, conformément à sa volonté. La jeune femme était représentée par un avocat compétent et a accepté le règlement de plein gré.

Comme c’est pratiquement toujours le cas dans de telles affaires, les conditions générales du règlement proposé ont d’abord été négociées par les avocats de Hockey Canada et de la plaignante avant de mettre quoi que ce soit sur papier. Il a été compris et accepté d’emblée que le règlement prévoirait une libération complète et irrévocable de toutes les parties et des clauses de confidentialité, en plus d’exclure toute forme d’aveu de responsabilité par l’un ou l’autre des défendeurs. Ces conditions de règlement sont courantes dans le domaine du contentieux des affaires civiles, y compris lorsqu’il est question d’inconduite sexuelle, et les deux parties et leurs avocats y ont consenti. Comme l’avocat de la jeune femme l’a récemment confirmé à la CBC, les conditions de règlement comprenaient des clauses de confidentialité qu’elle a demandées et acceptées. Ces conditions lui donnaient la possibilité de se prononcer publiquement à sa guise au sujet du règlement sans pour autant s’exposer d’une manière non désirée dans la sphère publique.

Un des membres du Comité permanent du patrimoine canadien a demandé pourquoi Hockey Canada avait réglé l’affaire « au nom » des joueurs. Cette question témoigne d’une incompréhension du processus de litige. Lorsqu’un défendeur souhaite régler une affaire dans son ensemble, il est courant d’exiger auprès du plaignant la libération de tous les défendeurs de toute autre réclamation. Ce fut le cas dans cette affaire. Ce n’est pas un règlement conclu au nom des autres défendeurs, et le fait de dégager les joueurs de toute responsabilité dans le cadre du règlement ne visait pas à étouffer cette affaire. Il s’agissait d’une nécessité pour mettre fin à la poursuite judiciaire. Ce dénouement n’a pas pour autant signifié la fin des efforts de Hockey Canada pour enquêter sur l’incident lorsqu’il a été confirmé que la jeune femme participerait à l’enquête indépendante de Henein Hutchison, qui pouvait ainsi être rouverte.

Hockey Canada est au fait que certaines personnes trouvent que le règlement rapide de cette affaire et le recours à des clauses de confidentialité étaient contraires à l’intérêt public. Son approche dans cette affaire a toujours été en fonction des souhaits et de l’intérêt fondamental de la jeune femme et de l’organisation. Récemment, Hockey Canada et la jeune femme ont convenu de modifier les clauses de confidentialité du règlement pour permettre à la jeune femme de parler des événements de juin 2018 si elle le souhaitait. Comme l’avocat de la jeune femme l’a confirmé à la CBC, ces modifications sont une initiative de Hockey Canada qui se veut une réponse équitable et adéquate aux tentatives faites en vue de miner la crédibilité de la plaignante au moyen de déclarations anonymes dans les médias.

Hockey Canada a récemment rouvert son enquête. Tout joueur qui refuse de collaborer avec Henein Hutchison fera l’objet de sanctions.

Réponse aux allégations entourant l’équipe nationale junior du Canada de 2003

Le mois dernier, Hockey Canada a pris connaissance d’allégations perturbantes d’inconduite sexuelle de la part de membres de l’équipe nationale junior du Canada qui a participé au Mondial junior 2003.

Pendant la semaine du 4 juillet 2022, Hockey Canada a eu vent d’une rumeur selon laquelle « quelque chose de mal » se serait produit au Championnat mondial junior 2003 à Halifax. La rumeur ne provenait pas d’une victime alléguée. Il n’y avait alors aucune mention d’une vidéo ni aucun détail concernant la nature de l’incident. Hockey Canada a immédiatement mis Sport Canada au courant de cette rumeur et a retenu les services d’un tiers indépendant pour faire enquête.

L’enquêtrice de Hockey Canada n’a pas été en mesure d’en apprendre plus avant le 21 juillet en soirée, où elle a reçu un courriel de Rick Westhead, un journaliste de TSN, au sujet d’une vidéo dans laquelle on verrait une agression sexuelle collective d’une femme inconsciente par des joueurs d’Équipe Canada. Aucune information contenue dans le courriel de M. Westhead n’était connue de Hockey Canada avant cette soirée.

Le soir même, Hockey Canada a rapporté cette information au Service de police régional de Halifax par téléphone. À la connaissance de l’organisation, cet appel constitue le premier signalement de cet acte criminel allégué à la police.

Les prochaines étapes sont maintenant du ressort du Service de police régional de Halifax. Nous avons demandé à notre enquêtrice indépendante de poursuivre son travail et de collaborer pleinement avec la police.

Conclusion

Nous savons que la confiance accordée à Hockey Canada s’est effritée au cours des derniers mois et que nous devons rebâtir cette confiance. La population canadienne est perturbée par ce qu’elle a lu et entendu dans les médias concernant les événements de 2018 et de 2003 ainsi que le fonds national de capitaux propres. Malheureusement, les reportages des médias et les commentaires des politiciens ne tiennent pas toujours compte des faits entourant ces affaires importantes de manière exhaustive ou exacte, ce qui nous a incités à produire une explication détaillée dans la présente lettre.

Hockey Canada a entendu la population canadienne. Plus que jamais, nous voulons favoriser un milieu sécuritaire et positif où les personnes, notamment les jeunes, peuvent profiter des énormes bienfaits de la participation à notre sport national, que ce soit comme athlète, entraîneuse ou entraîneur, officielle ou officiel, parent, bénévole, ou encore comme partisane ou partisan. Nous ne ménagerons aucun effort pour opérer les changements nécessaires au sein de l’organisation en vue de restaurer la confiance de la population canadienne envers Hockey Canada. La révision de la gouvernance et la mise en œuvre de notre plan d’action nous aideront à apporter des changements positifs pour l’organisation et le hockey. Nous avons la ferme intention de rendre Hockey Canada meilleure pour les années à venir.

SportsPay devient le partenaire privilégié pour le traitement des paiements de Hockey Canada

Entrée en vigueur immédiate du partenariat national

NR.035.24
|
22 May 2024

CALGARY, Alberta – Hockey Canada a annoncé que SportsPay sera le partenaire privilégié pour le traitement des paiements en ligne en vertu d’un partenariat national qui entre en vigueur immédiatement.

Principal fournisseur de paiement pour les organismes de sport amateur du Canada, SportsPay est une entreprise fièrement canadienne qui soutient depuis longtemps le hockey amateur au pays.

Grâce à ce partenariat, l’entreprise assurera le traitement des transactions en ligne, y compris celles effectuées à partir du Registre de Hockey Canada.

« SportsPay offre avec fierté des expériences conviviales aux organisations sportives canadiennes, et nous sommes ravis d’accueillir officiellement cette entreprise à titre de partenaire privilégié pour le traitement des paiements de Hockey Canada afin d’offrir ces expériences aux associations de hockey locales du pays », a déclaré Dean McIntosh, premier vice-président de la génération de revenus, de l’expérience client et de l’impact communautaire. « Le Registre de Hockey Canada est utilisé pour le traitement de milliers d’inscriptions chaque saison. Grâce à notre partenariat avec SportsPay, nous sommes heureux que la plateforme puisse continuer de répondre aux besoins des participants et participantes, de même que des associations. »

« Je suis fébrile à l’idée de renforcer notre relation avec Hockey Canada, qui dure depuis maintenant 20 ans, et d’appuyer le hockey mineur dans l’ensemble du pays », a exprimé Will Gravlev, président de POSconnect Inc. et créateur de SportsPay. « Toute l’équipe de SportsPay travaille sans relâche à offrir des solutions de paiement simples et efficaces pour les sports amateurs et à aider les ligues à se concentrer sur ce qui compte pour elles. »

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca, ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram.

Voir plus

Publication du rapport de Hockey Canada sur la maltraitance au hockey sanctionné

Les données approfondissent le travail entamé l’an dernier lors du premier rapport qui portait sur la règle 11.4 – Discrimination

NR.087.23
|
30 November 2023

CALGARY, Alberta – Hockey Canada et ses membres ont publié un rapport de suivi de la maltraitance au hockey sanctionné qui rend compte des données recueillies à l’échelle nationale pendant la saison 2022-2023 au moyen de deux mécanismes indépendants de gestion des plaintes à l’égard de l’ensemble des règles prévues à la section 11 des règles de jeu de Hockey Canada.

L’information figurant dans ce rapport forme une étape importante et s’inscrit dans les efforts soutenus de l’organisation visant à améliorer la détection, le traitement et le suivi des cas de maltraitance.

En décembre 2022, l’organisation et ses membres ont publié un rapport sur l’ensemble des incidents ayant trait à des injures, à des insultes ou à de l’intimidation de nature discriminatoire survenus au cours de la saison 2021-2022, conformément à la règle de jeu 11.4 de Hockey Canada.

Le rapport de suivi de la maltraitance au hockey sanctionné élargit la portée des cas de maltraitance suivis grâce aux données tirées des processus suivants :

  • plaintes reçues par le tiers indépendant de Hockey Canada;
  • plaintes liées au hockey sur glace reçues par le Bureau du Commissaire à l’intégrité dans le sport (BCIS);
  • suivi des punitions et des allégations liées à la règle 11.4 effectué par chacun des 13 membres;
  • projet pilote où un suivi des autres types de punitions imposées en application de la règle 11 était effectué par certains membres de l’organisation.

« Le rapport de suivi de la maltraitance au hockey sanctionné est un outil essentiel à notre travail pour déceler et enrayer les comportements graves qui n’ont pas leur place au hockey ni dans aucun autre sport », a déclaré Natasha Johnston, vice-présidente de la sécurité dans le sport à Hockey Canada. « Nous continuerons de faire preuve de transparence auprès du public dans la communication des données que nous recueillons avec l’aide de nos membres et nous nous servirons des analyses connexes afin de mieux guider les mesures prises collectivement pour la suite.

« De pair avec nos membres, nous sommes résolus à élargir la production de rapports sur la maltraitance au hockey sanctionné pour la saison 2023-2024 ainsi qu’à prévenir et à traiter adéquatement les incidents de maltraitance dans les programmes de hockey sanctionnés. À mesure que nous continuons de multiplier nos efforts de sensibilisation et les occasions de signalement en toute confiance, il est prévu que le nombre d’incidents de maltraitance sur la glace et ailleurs qui sont rapportés augmente. »

Hockey Canada continuera de publier ses rapports nationaux sur la maltraitance annuellement dans la foulée de son cadre global de sécurité dans le sport.

Voir plus

La Fondation Hockey Canada aide financièrement plus de 3 300 enfants

Un nombre record de jeunes recevront une subvention pour financer leurs frais d’inscription grâce au Fonds d’aide

NR.085.23
|
27 November 2023

CALGARY, Alberta – La Fondation Hockey Canada a annoncé que, grâce à son Fonds d’aide, 3 322 jeunes du pays recevront une subvention afin de financer leurs frais d’inscription pour la saison 2023-2024. Ce nombre est le plus élevé depuis le lancement du programme il y a quatre ans.

Plus de 1,5 million de dollars seront remis cette saison à des participants et participantes dont la demande a été acceptée au sein de l’ensemble des 13 membres de Hockey Canada.

Le nombre record d’aides fournies cette saison représente une augmentation de 30 % comparativement à la saison dernière, et 38 % des aides serviront à des jeunes de la communauté noire, d’origine autochtone ou issus d’un groupe racisé.

« Le Fonds d’aide est un programme de grande importance qui aide les enfants et les familles à s’inscrire au hockey et à se forger des souvenirs durables grâce à un sport qui occupe une place de choix dans leur cœur », a exprimé Donna Iampieri, directrice administrative de la Fondation Hockey Canada. « Cette initiative ne serait pas possible sans la générosité de la population canadienne et de nos partenaires. Grâce à leur appui, nous serons en mesure d’offrir encore plus d’aides aux personnes qui sont aux prises avec des obstacles financiers à la pratique du hockey. »

Depuis 2020, le Fonds d’aide a soutenu financièrement plus de 8 000 jeunes, dont plus de 3 000 sont des jeunes de la communauté noire, d’origine autochtone ou issus d’un groupe racisé. Le Fonds d’aide a été créé avant la saison 2020-2021 pour soutenir les nombreuses familles qui devaient composer avec des difficultés financières en raison de la pandémie de COVID-19. Depuis ce temps, il a continué de fournir des subventions pour aider plus de jeunes du pays à pratiquer le sport qu’ils adorent.

Le Fonds d’aide de la Fondation Hockey Canada – témoignages de parents

« Tucker aime tout du hockey et il est tellement reconnaissant à l’égard des organisations comme celle-ci qui lui permettent de sauter sur la glace. Merci d’aider mon enfant à rester actif et en santé! » – Jesse en Ontario

« Notre communauté compte de plus en plus de joueurs et de joueuses autochtones, et c’est en grande partie grâce au Fonds d’aide. Le Fonds d’aide leur permet de continuer à jouer » – Averil en Colombie-Britannique

« Jaxon est un mordu de hockey, son amour pour ce sport est infini. C’est un honneur pour nous d’avoir ce lien avec la Fondation Hockey Canada, et nous avons hâte de continuer de regarder notre fils pratiquer le sport qu’il adore. » – Charlene en Alberta

Les Canadiens et Canadiennes peuvent offrir une aide pendant la période des Fêtes, et la totalité de leur don servira à financer les frais d’inscription des jeunes au hockey. Pour tout complément d’information, rendez-vous au FondsAide.FondationHockeyCanada.ca.

Pour de plus amples renseignements sur la Fondation Hockey Canada, veuillez consulter le FondationHockeyCanada.ca, ou suivre les médias sociaux FacebookLinkedIn, X et Instagram.

Voir plus

Hockey Canada s’associe avec William Huff Advertising, nouveau partenaire national en marketing

William Huff élargit ainsi son affiliation à des marques sportives canadiennes de premier plan

NR.073.23
|
26 October 2023

CALGARY, Alb. – Hockey Canada a annoncé la conclusion d’une entente prenant effet immédiatement avec William Huff Advertising ltée, qui fait désormais partie de ses partenaires nationaux en marketing. Déjà l’un des plus importants fournisseurs de produits d’affichage au pays, William Huff compte parmi ses clients diverses organisations d’envergure dans les domaines sportif et événementiel, dont les Flames de Calgary et les Oilers d’Edmonton.

« Chez William Huff, nous offrons à nos clients des produits d’affichage de qualité supérieure, et ce, depuis les débuts de l’entreprise il y a 75 ans », a commenté Bruce Simpson, propriétaire de William Huff Advertising ltée. « Comme nous avons l’habitude de travailler avec des organismes locaux et nationaux dans le milieu du sport, la décision de nous associer à Hockey Canada allait de soi. Nous sommes fiers de pouvoir soutenir autant les programmes locaux de l’organisation que le hockey masculin et féminin et le parahockey. Nous savons tous à quel point le hockey fait partie de l’identité canadienne. Ce que nous souhaitons, c’est que ce partenariat aide les athlètes à se dépasser.

« Notre engagement envers le sport professionnel et amateur est une source de fierté pour nous. Comptant déjà plusieurs organisations sportives et communautaires parmi nos partenaires, nous sommes ravis d’ajouter Hockey Canada à la liste. Go Canada Go! »

Dans le cadre de ce partenariat, William Huff sera le fournisseur des produits d’affichage pour des événements nationaux et internationaux tenus par Hockey Canada. Soulignons également que le nom de l’entreprise sera affiché ou mentionné sur place lors des événements, y compris durant les tournois à venir cet automne.

« Nous avons le grand plaisir d’accueillir William Huff parmi nos partenaires nationaux en marketing », a déclaré Dean McIntosh, vice-président des partenariats stratégiques et de l’impact communautaire à Hockey Canada. Notre collaboration a pris de l’ampleur au fil des ans, notamment lors des éditions 2022 et 2023 du Championnat mondial junior de l’IIHF. L’annonce d’aujourd’hui ne fait que rendre le tout officiel et marque une étape importante pour chacune des deux organisations. »

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram.

Voir plus

Gina Kingsbury se joint à la Ligue professionnelle de hockey féminin

La double médaillée d’or olympique et vice-présidente des activités hockey quittera l’organisation après cinq ans à la barre du Programme national féminin

NR.056.23
|
01 September 2023

CALGARY, Alb. – La vice-présidente des activités hockey Gina Kingsbury (Rouyn-Noranda, Qc), qui a passé plus de cinq ans à superviser le Programme national féminin du Canada, deviendra la première directrice générale de la franchise de Toronto au sein de la nouvelle Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF) et quittera donc Hockey Canada.

« La contribution de Gina à notre organisation a permis à des millions de partisans et partisanes au pays de se forger des souvenirs impérissables, et nous les accompagnons tous et toutes aujourd’hui pour la féliciter de cette annonce », a commenté la nouvelle présidente et chef de la direction de Hockey Canada, Katherine Henderson (Thunder Bay, Ont.). « Nous serons heureux de collaborer avec Gina et la LPHF pour soutenir le hockey féminin dans son essor et veiller à ce que ce sport continue de croître et d’inspirer la prochaine génération de hockeyeuses et de partisans et partisanes. »

Après une carrière de dix ans comme joueuse, Kingsbury a fait son entrée dans les bureaux administratifs de Hockey Canada en juin 2016 à titre de directrice des activités hockey. Le 10 juillet 2018, elle a officiellement pris les rênes du Programme national féminin. Elle a été promue au poste de vice-présidente des activités hockey en mars 2023, devenant la première femme à superviser les programmes masculins, féminins et de parahockey à un échelon de vice-présidente.

« Je suis très reconnaissante de toutes les expériences que j’ai pu vivre avec Hockey Canada, a commenté Kingsbury. Au fil des ans, j’ai rencontré de merveilleuses personnes grâce à ce beau sport et à cette organisation, et je veux remercier Hockey Canada, qui m’a offert la chance de représenter mon pays en tant qu’athlète, mais aussi à titre de vice-présidente et de directrice. Ce fut pour moi un honneur et un privilège, et j’en serai toujours reconnaissante. Même s’il est extrêmement difficile de laisser derrière moi un emploi de rêve, je pense que je fais le meilleur choix pour ma famille et moi, et je serai heureuse de continuer à aider des hockeyeuses à s’épanouir, cette fois au sein de la LPHF. »

Kingsbury a aidé l’équipe nationale féminine du Canada à gagner deux médailles d’or de suite aux éditions 2021 et 2022 du Championnat mondial féminin de l’IIHF, ainsi que quatre médailles d’argent (2016, 2017, 2018, 2023) et une de bronze (2019) au Mondial féminin. Elle a également remporté l’argent et l’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2018 et de 2022 respectivement, et elle a mené l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada à trois médailles d’or (2019, 2022, 2023) ainsi qu’à quatre médailles d’argent (2016, 2017, 2018 et 2020) au Championnat mondial féminin des M18 de l’IIHF. Kingsbury a aussi été entraîneuse adjointe au Championnat mondial féminin des moins de 18 ans 2016 de l’IIHF, obtenant l’argent.

« L’impact de Gina sur Hockey Canada, le Programme national féminin et le hockey féminin partout dans le monde a été immense », a affirmé le chef de l’exploitation, Pat McLaughlin (Saint John, N.-B.). « C’est difficile de perdre une personne qui a tellement accompli de choses pour aider notre organisation à connaître du succès, mais nous voulons remercier Gina pour son dévouement envers l’organisation au cours de 17 dernières années. »

Comme joueuse, Kingsbury a remporté deux médailles d’or olympiques de suite (2006, 2010), de même que trois médailles d’or (2001, 2004, 2007) et trois médailles d’argent (2005, 2008, 2009) au Championnat mondial féminin de l’IIHF. Elle a aussi gagné l’or au Tournoi des trois nations et au Tournoi des quatre nations 2000, ainsi que la Coupe Air Canada 2003 avec l’équipe nationale féminine des moins de 22 ans du Canada. Elle a accumulé 86 points (35-51—86) en 137 parties avec Équipe Canada, et elle se trouve présentement au 20e rang des meilleures pointeuses de l’histoire de l’équipe nationale féminine du Canada.

« Je ne sais comment remercier Gina pour son apport au service des activités hockey et à l’organisation entière au cours des sept dernières années », a mentionné le premier vice-président des activités hockey, Scott Salmond (Creston, C.-B.). « Gina a joué un rôle crucial pour propulser l’équipe nationale féminine au sommet du classement mondial de hockey féminin de l’IIHF tout en forgeant au sein de notre programme une culture qui permet aux athlètes et au personnel de s’épanouir. Bien que ce soit difficile de remplacer une personne qui soit habitée par autant de passion que Gina et qui a une fiche aussi reluisante que la sienne, nous lui souhaitons la meilleure des chances dans son nouveau rôle au sein de la LPHF. »

À partir de maintenant, les activités hockey du Programme national féminin seront supervisées par Salmond de même que par des membres du service des activités hockey de l’organisation.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et le Programme national féminin du Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus

Bâtir une communauté centrée sur le hockey

Julia Venselaar, lauréate du programme Entraîneuse de l’année BFL, assure l’essor du hockey à Powell River, C.-B., en donnant aux filles et aux femmes une occasion de se réunir sur la glace

Jonathan Yue
|
08 June 2023

Pour Julia Venselaar, le hockey a toujours eu une dimension communautaire.

Quand elle jouait au hockey libre avec d’autres femmes dans la ville côtière de Powell River, en Colombie-Britannique, tout le monde s’entendait pour dire qu’il manquait d’occasions pour le hockey féminin dans la région. En l’absence de ligues organisées, il y avait un vide à combler.

Quand Venselaar a été approchée pour savoir si elle voulait s’impliquer, elle n’a pas eu à y réfléchir longtemps.

« Je pense que c’est tellement important que les filles s’adonnent à une activité ou à un sport à l’approche de l’adolescence, exprime Venselaar. Le groupe a planifié un temps à l’horaire pour que ces filles puissent se réunir et être dirigées par des femmes, s’amuser et passer du temps juste entre elles. Quand ma fille est devenue assez vieille, on m’a demandé si je voulais donner un coup de main, et j’ai accepté. »

Alors que les filles jouaient d’abord au hockey avec des garçons, ces séances sont devenues des occasions de plus pour aller sur la glace, puis, avec le temps, elles ont été en mesure de former une équipe entièrement féminine. Ce fut une amélioration pour le hockey en général à Powell River. Après huit ans comme entraîneuse, Venselaar a continué de donner de son temps à l’organisation d’activités sur glace en favorisant un milieu où toutes les filles peuvent jouer au hockey ensemble. Près d’une décennie plus tard, elle se sent encore privilégiée de faire partie de l’essor du hockey.

Enseignante à temps plein, Venselaar tient à ce que les enfants grandissent dans un milieu positif. Son engagement à forger une communauté grâce au hockey lui a permis d’obtenir le prix Entraîneuse de l’année BFL du volet communautaire.

« Il n’y a rien de mieux que léguer à nos filles qu’une activité qui leur donne un sentiment d’appartenance pendant cette période moins évidente de leur vie, dit-elle. Je fais ça en partie parce que je veux forger cette communauté, m’assurer que leur milieu est sécuritaire et qu’elles ont de bons modèles autour d’elles qui sont là pour les aimer et les appuyer. Le hockey est un bon moyen pour moi d’y arriver, et c’est bien parce que ça permet à ces filles fantastiques d’acquérir des aptitudes propres à l’esprit de corps. »

Mais ce qui a été le plus spécial pour Venselaar, c’est de vivre cette aventure comme entraîneuse aux côtés de sa fille. Dans le cadre de son prix de BFL, elle a assisté au match pour la médaille d’or du Championnat mondial féminin 2023 de l’IIHF à Brampton, en Ontario, avec sa fille.

« C’était tellement une belle expérience à vivre avec ma fille, commente Venselaar. C’était vraiment inspirant de nous retrouver là, d’assister à l’événement en direct, de voir à l’œuvre des athlètes si talentueuses. C’était merveilleux. Ce qui est le plus beau, c’est que ces personnes sont juste fantastiques. Les joueuses ont interagi avec la foule, et ma fille a adoré ça. »

« Nous avions préparé une affiche pour Micah Zandee-Hart, parce qu’elle était la seule joueuse de la Colombie-Britannique, et Micah est venue vers nous, elle nous a fait un sourire avant de remettre une rondelle à ma fille, pour qui ça a été le fait marquant de sa journée. »

En fin de compte, Venselaar ne veut pas que l’essor du hockey ne dépende que de ses efforts. Elle est vraiment fière de ce que sa communauté a réussi à accomplir ensemble, et elle espère continuer de la faire grandir.

« Les parents, entraîneuses et joueuses qui forment notre communauté du hockey font tout ensemble et appuient nos filles en créant quelque chose pour elles, témoigne Venselaar. Je suis là pour guider tout le monde, mais je ne suis qu’un élément d’une équipe incroyable qui rassemble une communauté. »

Voir plus

Boucler la boucle au hockey

Haneet Parhar pensait en avoir fini avec le hockey après l’université, mais grâce à son rôle d’entraîneuse, l’Entraîneuse de l’année BFL a ressurgi dans son sport

Jonathan Yue
|
08 June 2023

Le hockey n’avait pas toujours fait partie des plans de Haneet Parhar. Mais pour une raison ou une autre, le hockey s’est constamment trouvé sur son chemin, et Parhar est reconnaissante des occasions qu’elle a eues grâce à ce sport.

La passion avec laquelle elle s’implique dans le sport qui lui a tant donné l’a menée à gagner le prix Entraîneuse de l’année BFL du volet haute performance.

« Très souvent dans ma vie, je me demandais si un jour je retournerais dans un aréna ou si j’allais remettre mes patins, et soudainement, je faisais un retour au hockey », lance Parhar.

Étudiante-athlète à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), il y avait beaucoup d’incertitude à savoir si les Thunderbirds la sélectionneraient au sein de leur formation. En fin de compte, sa carrière dans le circuit U SPORTS a été marquée de succès; elle a remporté trois championnats de Canada Ouest. Mais son temps à l’UBC a aussi jeté les bases d’une carrière d’entraîneuse qu’elle n’avait jamais vu venir.

Pour Parhar, qui voulait seulement rester impliquée dans son sport lorsqu’elle était une étudiante de premier cycle de 18 ans, son rôle d’entraîneuse dans les programmes de patinoires communautaires et les camps de hockey estivaux de l’UBC lui a refait vivre la joie qu’elle ressentait lorsqu’elle jouait, et elle a pu voir les jeunes de son programme éprouver le même sentiment.

« J’ai été entraîneuse au niveau récréatif pendant cinq ans et demi pendant mes études et ma carrière d’athlète à l’UBC, raconte-t-elle. À ce niveau, tu le fais vraiment parce que tu aimes ça. Tu peux voir le sourire aux lèvres des jeunes, et c’est vraiment facile d’adopter une mentalité plus décontractée et de les diriger juste pour le plaisir. C’était parfait pour moi. »

Diriger des enfants de 6 à 15 ans a non seulement motivé Parhar à les mobiliser, mais ça lui a aussi rappelé à quel point il était spécial de grandir en pratiquant le hockey.

« Je me suis souvenu que, lorsque nous pratiquions des sports plus jeunes, nous le faisions pour le plaisir. Ce qui compte, c’est d’offrir une occasion aux jeunes d’évoluer dans un milieu sécuritaire et de faire de nouvelles rencontres. »

Quand sa carrière avec les Thunderbirds a pris fin en 2017, Parhar était prête à accrocher ses patins; elle sentait qu’elle avait tout donné ce qu’elle avait pour le hockey. En repensant à son temps là-bas, elle est reconnaissante envers le personnel entraîneur, mené par l’entraîneur-chef Graham Thomas. Il y a aussi, l’entraîneur adjoint Mike Sommer qui l’a inspirée. Ce n’est qu’après avoir quitté le programme de l’UBC qu’elle s’est rendu compte de l’importance de leur influence.

Un an après avoir terminé ses études, alors qu’elle travaillait à temps plein et occupait un poste d’entraîneuse pour le plaisir avec le club North Shore Avalanche de sa ville d’origine, elle a reçu un appel de Thomas, qui lui a ouvert de nouveaux horizons.

« Je ne pensais pas que le rôle d’entraîneuse allait prendre une place si importante dans ma vie, confie Parhar. Je n’étais pas une joueuse étoile, ni une capitaine, mais Thomas m’a dit qu’il voulait une nouvelle voix. Je suis arrivée avec mon expérience de joueuse qui connaissait la culture et le système, qui savait ce que c’était d’être une joueuse de rôle et ce que ça signifiait de l’assumer, et j’étais là pour les filles, forte de mes cinq années d’expérience avec l’équipe. »

Après une saison avec l’UBC, Parhar a décidé qu’elle voulait explorer les options qui s’offraient à elle dans sa carrière. Elle a alors mis de côté le hockey à nouveau pour déménager en Angleterre afin de poursuivre des études en droit. C’est alors que le hockey a refait surface dans sa vie.

« J’attendais mon train pendant une forte averse en Angleterre en temps de pandémie, seulement deux mois après avoir terminé mes études en mai, puis j’ai reçu un autre appel de Graham. Je n’avais pas été derrière un banc depuis deux ans, et il m’a demandé si je voulais revenir à la maison et être entraîneuse pour la saison à venir, se souvient Parhar. Évidemment, j’ai dit oui, je suis arrivée au camp d’entraînement, j’ai vu les joueuses et, instantanément, la passion est revenue m’habiter. »

Depuis ce moment, non seulement elle a pu diriger des joueuses, mais aussi faire profiter les autres de son expérience d’ancienne joueuse qui croyait n’avoir plus rien en elle pour son sport, avant de constater l’importance de suivre sa passion.

Lors de la dernière année, en plus d’occuper un poste d’entraîneuse adjointe avec les Thunderbirds, Parhar a continué de diriger dans la communauté au sein de l’Association de hockey sur glace féminin de Vancouver. À l’échelle communautaire, elle s’implique toujours au hockey et donne à de jeunes filles le même appui dont elle a aussi profité quand elle était jeune.

« Bon nombre de joueuses de hockey aujourd’hui n’ont pas de modèles féminins, et maintenant que je suis là, je me dis que ça doit être cool pour ces filles d’avoir un modèle qu’elles peuvent vraiment suivre, souligne Parhar. »

Tout compte fait, même si ça n’a pas toujours été son plan d’être une entraîneuse, Parhar savoure chaque moment et veille à transmettre ses expériences au hockey et à communiquer tout ce que ça lui a apporté après toutes ces années.

« Je l’ai toujours fait pour les jeunes, confirme-t-elle. C’est bien qu’elles peuvent observer quelqu’un qui leur ressemble, et je veux être là pour les filles et leur montrer que tout ce dont elles ont besoin, c’est d’avoir la bonne énergie, d’être positives et de faire preuve de détermination. »

Voir plus

Pour un personnel entraîneur plus diversifié

Travaillant notamment avec les Growlers de Terre-Neuve, Alicia MacDonald, lauréate du programme Entraîneuse de l’année BFL, veut susciter des occasions pour elle et pour les autres

Jonathan Yue
|
08 June 2023

Entraîneuse au hockey depuis son passage sur les bancs d’école à l’Université St. Francis Xavier en Nouvelle-Écosse, Alicia MacDonald joue ce rôle depuis plus de 20 ans.

Et durant ce temps, que ce soit en approchant des organisations pour son propre développement ou en faisant la promotion d’une plus grande diversité derrière le banc, MacDonald n’a jamais cessé de travailler pour que le hockey soit plus inclusif pour tout le monde.

C’est ce qui explique en grande partie pourquoi la femme originaire d’Onslow Mountain, en Nouvelle-Écosse, a été nommée lauréate nationale du prix de l’Entraîneuse de l’année BFL, dans le volet compétitif.

« Avoir l’occasion de constater toutes les possibilités, comme officielle, entraîneuse ou membre du personnel, être au courant de ce qui est possible, ça permet d’amener de la diversité au sein de notre sport, lance MacDonald. C’est important que les filles et les jeunes voient le potentiel. Ça a tellement de valeur à mes yeux, je veux leur servir de modèle. »

MacDonald a fait ses premiers pas au hockey dans une ligue communautaire pour garçons, avant de se joindre à une équipe de filles quand l’occasion s’est présentée. C’est toutefois à l’université qu’elle a commencé à s’intéresser au rôle d’entraîneuse. Voulant redonner aux filles de la communauté et voyant à quel point elles réagissaient positivement à la présence d’un modèle féminin, MacDonald a senti le désir de voir plus de femmes progresser au hockey. Depuis, elle continue de peaufiner son art, d’apprendre et d’améliorer ses connaissances du hockey et du domaine de l’entraînement afin que ça lui serve avec ses équipes.

Cette saison, elle a travaillé avec les Growlers de Terre-Neuve de l’ECHL, profitant de cette chance pour observer le personnel entraîneur et poursuivre son développement. N’ayant aucune équipe universitaire ou de haute performance dans sa communauté rurale de Terre-Neuve, MacDonald n’avait que les Growlers comme option si elle voulait apprendre dans un milieu professionnel. Avec eux, elle a pu discuter de tactiques avec le personnel et participer à des séances vidéo avec l’équipe. Elle a donné ses opinions et parlé de son expérience, tout en apprenant des rétroactions reçues.

C’est pourquoi MacDonald accorde de l’importance au fait de trouver ses propres occasions. Que ce soit à ses débuts avec des équipes locales de hockey mineur, lorsqu’elle s’est retrouvée entraîneuse adjointe de l’équipe féminine de Terre-Neuve-et-Labrador aux Jeux d’hiver du Canada 2023, ou lors de son plus récent mandat à titre d’entraîneuse-chef de l’équipe provinciale des M14, pour elle, il s’agit d’être prête à prendre des risques et de saisir chaque occasion qui se présente.

« Ma collaboration avec Eric Wellwood et les Growlers m’a vraiment permis d’apprendre du programme de l’équipe et d’œuvrer dans une organisation professionnelle, confie MacDonald. Le plus important, c’est d’être en mesure de foncer. Il y aura toujours des situations pour lesquelles vous ne connaîtrez pas la solution, mais ce n’est pas grave. Il faut faire confiance au personnel entraîneur ainsi qu’à ses mentors et aller de l’avant. »

« Il n’y a pas tant de possibilités au hockey professionnel à Terre-Neuve-et-Labrador, donc c’est à moi de susciter les occasions. J’ai beaucoup appris des entraîneurs et des joueurs. »

Grâce à la visibilité qui vient avec cet honneur de BFL, MacDonald espère continuer de contribuer à ce qu’il y ait une plus grande diversité des voix au hockey.

« Plusieurs entraîneuses méritaient ce prix, et je souhaite que des programmes comme Entraîneuse de l’année BFL soient maintenus afin que les entraîneuses se sentent à leur place et écoutées, commente MacDonald. Notre nation peut être meilleure pour mettre en valeur les communautés LGBTQ+ et des personnes autochtones, noires ou de couleur (PANDC), pour favoriser une diversité qui permet à tout le monde de voir les options qui sont offertes. Il y a encore du travail à faire. »

Pour le moment, MacDonald espère pouvoir faire rayonner les femmes derrière le banc afin que les autres puissent être inspirées à prendre leur place et à faire entendre leurs voix pour atteindre leurs objectifs. Elle espère que leur message sera entendu et respecté.

« C’est une question de s’habituer à parler dans une salle remplie d’hommes et de faire valoir ses points et ses opinions, qui sont toujours les bienvenus et valorisés, conclut MacDonald. Il suffit de croire en soi. »

Voir plus

La Fondation Hockey Canada accueille de nouveaux membres à son conseil d’administration

Steven Albiani, Angela James et Brad Morris se joignent au conseil d’administration de la Fondation Hockey Canada

NR.026.23
|
03 April 2023

CALGARY, Alb. – La Fondation Hockey Canada (FHC) a ajouté trois nouveaux membres à son conseil d’administration : Steven Albiani (Toronto, Ont.), Angela James (Toronto, Ont.) et Brad Morris (Unionville, Ont.).

« Nous sommes ravis d’accueillir Steven, Angela et Brad au sein du conseil d’administration de la Fondation Hockey Canada, puisque les trois amènent une perspective et un bagage d’expérience uniques au hockey », a commenté Doug Goss, président du conseil d’administration de la FHC. « Leur expertise contribuera grandement à nos efforts dans les communautés de l’ensemble du pays, et nous avons hâte de collaborer avec ces personnes pour améliorer nos programmes qui aident à éliminer les obstacles à la participation. »

M. Albiani est un associé directeur du Stratum Advisory Group Inc., un cabinet boutique de planification fiscale et des assurances. Planificateur financier certifié ayant obtenu un certificat de la Family Firm Institute à titre de conseiller en entreprise familiale, il est un membre bénévole du comité consultatif de la SickKids Foundation. Il siège à bon nombre de conseils d’administration de sociétés privées. M. Albiani a également été un professeur invité à l’Université de Toronto et à l’Université Queen’s, son alma mater.

Considérée par plusieurs comme la première supervedette du hockey féminin, Mme James a mené l’équipe nationale féminine du Canada à quatre conquêtes de la médaille d’or au Championnat mondial féminin de l’IIHF, marquant 11 buts au tournoi inaugural en 1990. Elle a été admise au Temple de la renommée du hockey en 2010 et à l’Ordre du hockey au Canada en 2021. Elle a aussi reçu l’Ordre du Canada en 2022. Mme James est copropriétaire et directrice générale du Six de Toronto de la Premier Hockey Federation.

M. Morris est un dirigeant mondial de Grote Industries S.E.N.C.R.L., un chef de file mondial de l’innovation et de la distribution de systèmes de sécurité. De 2012 à 2017, il a été le président du conseil d’administration de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF), et en 2018, il a été nommé Humanitaire de l’année de la LCHF. M. Morris a également siégé à plusieurs conseils d’administration d’organismes à but non lucratif, plus récemment à titre de président de la Markham Stouffville Hospital Foundation, et il est un fervent défenseur du hockey féminin.

Dans le but d’unir l’ensemble des Canadiens et Canadiennes et de réaliser sa mission, la Fondation Hockey Canada s’engage à respecter ses trois priorités stratégiques : faciliter, éduquer, engager. Chaque année, les programmes de la FHC permettent d’éliminer les obstacles à la pratique du hockey, de fournir des ressources et des solutions pour mieux outiller les enfants, les parents et le personnel entraîneur, et de promouvoir la construction de la nation, la citoyenneté, le mentorat et l’implication communautaire.

Les programmes de la FHC comprennent le Fonds d’aide, qui a fourni des subventions pour les frais d’inscription à un nombre record de 2 349 enfants en 2022-2023, Rêves devenus réalité, un programme d’aide financière conçu pour initier des jeunes au hockey en fournissant un équipement de la tête aux pieds et en payant les frais d’inscription, ainsi que Hockey pour elle, qui vise à avoir une influence positive sur les filles et les femmes au hockey.

Le conseil d’administration de la FHC comprend également M. Goss, Ashif Mawji (vice-président), Peter Brauti (secrétaire), Allan Matthews (trésorier), David Andrews (président sortant), l’administratrice Susan Anderson et les administrateurs Sean Finn et Barry F. Lorenzetti. De plus, le conseil d’administration de la Hockey Canada Foundation U.S. est formé de Bill Ackerman (président), Mike Humes (vice-président), Adam Graves (secrétaire) et Paul Delparte (trésorier).

Voir plus

Les membres de Hockey Canada élisent un nouveau conseil d’administration

Un comité des candidatures indépendant a mené le processus de sélection du président et des administrateurs et administratrices

NR.084.22
|
17 December 2022

CALGARY, Alb. – Les membres de Hockey Canada ont élu le nouveau conseil d’administration de l’organisation, qui est composé de personnes chevronnées de tous horizons triées sur le volet par un comité des candidatures indépendant.

Le CA nouvellement élu compte huit administrateurs et administratrices et un président qui, ensemble, possèdent une vaste expérience dans les domaines de la gouvernance, du droit, du sport et des affaires. Le CA veillera à apporter des changements pressants à Hockey Canada, notamment par le recrutement d’une nouvelle personne à la tête de la direction et par la mise en œuvre du plan d’action de l’organisation visant à éliminer les comportements toxiques dans toutes les sphères du hockey.

« Nous avons beaucoup de travail à faire et sommes déterminés à opérer les changements attendus au sein de Hockey Canada », a affirmé l’honorable Hugh L. Fraser, nouveau président du conseil d’administration de l’organisation. « Le hockey fait partie intrinsèque de l’identité de notre pays, et nous sommes résolus à faire en sorte que Hockey Canada soit une organisation qui fait preuve de transparente, qui rend des comptes à la population canadienne et qui est digne de sa confiance. »

Voici les membres du nouveau conseil d’administration :

L’honorable Hugh L. Fraser (président)

Grant Borbridge

Cassie Campbell-Pascall

Julie Duranceau

David Evans

Marni Fullerton

Jonathan F. Goldbloom

Marian Jacko

Andrea Poole

Les biographies des membres du conseil d’administration sont disponibles ici.

Conformément aux recommandations formulées par l’ancien juge de la Cour suprême Thomas Cromwell, le conseil d’administration exécutera un mandat spécial d’un an axé sur la réalisation des changements nécessaires à l’amélioration de la gouvernance de Hockey Canada et à la sécurité du sport sur la glace et ailleurs.

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
FHC : Rêves devenus réalité à Membertou
play_logo
CMM : Faits saillants – SWE 4, CAN 2 (médaille de bronze)
play_logo
CMM : Faits saillants – SUI 3, CAN 2 TB (demi-finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 6, SVK 3 (quart de finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, NOR 1 (ronde préliminaire)
play_logo
Timberwolves de Miramichi (MHL) c. Blues de Collingwood (OJHL) | Coupe du centenaire
Horaire
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10