Sites affiliés expand
Hockey Canada logo
Garrett Riley on ice injury
© Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images

Le remarquable rétablissement de Riley

Quand l’athlète paralympique Garrett Riley s’est fracturé la jambe à la fin octobre, nombreux sont ceux qui pensaient que sa saison était terminée, mais il n’a pas abandonné

Lee Boyadjian
|
10 March 2022

La collision semblait plutôt anodine. Cependant, pendant que les joueurs se dispersaient et que le jeu se poursuivait, Garrett Riley était toujours allongé sur le côté dans la zone neutre. Le thérapeute sportif Michael Lenart a sauté sur la glace et a rejoint Riley dès que le coup de sifflet s’est fait entendre. Il a immédiatement fait appel à une assistance médicale. En quelques secondes, le Dr Roy Diklich était aux côtés de Riley et demandait une ambulance.

La jambe droite de Riley – sa seule jambe – était gravement fracturée.

Riley est un habitué des hôpitaux. À 15 ans, il a reçu un diagnostic d’ostéosarcome et s’est fait remplacer le genou gauche par une prothèse articulaire pour essayer de sauver le reste de sa jambe. Sept ans plus tard, l’apparition d’une infection a causé un choc septique chez Riley. Alors âgé de 22 ans, il a dû subir une amputation au-dessus du genou. Depuis cette opération en 2017, il a composé avec des problèmes liés à son membre résiduel, notamment des douleurs extrêmes nécessitant quelques interventions chirurgicales supplémentaires.

Les choses ont tellement mal tourné que la jeune étoile montante du parahockey a dû abandonner temporairement son sport après la saison 2018-2019, un an seulement après le début de sa carrière au sein de l’équipe nationale. Le natif de Brantford, en Ontario, craignait que ce soit la fin de son aventure au hockey, et la douleur ne diminuait pas.

« J’ai subi trois interventions chirurgicales à mon membre résiduel au cours des deux dernières années et demie pour essayer de soulager la douleur que j’ai constamment, tous les jours, explique Riley. Malheureusement, aucune des interventions n’a vraiment fonctionné, ce fut donc un gros pas de recul dans ma carrière. »

En août 2021, Riley a subi une nouvelle résection de son membre résiduel quelques semaines seulement avant le camp de sélection de l’équipe nationale de parahockey du Canada. Il se sentait déjà comme un négligé après avoir été absent du programme pendant deux ans et, physiquement, il n’était pas au sommet de sa forme. L’entraîneur-chef Ken Babey ne l’a toutefois pas vu de cette façon. Il a vu un jeune joueur au talent brut revenir dans le giron. Babey était enthousiasmé par ce jeune espoir.

 

Nous espérions que Garrett se présenterait au camp de sélection prêt à jouer cette saison et il l’a fait, a déclaré Babey. Il a mérité une place dans l’équipe et commençait vraiment à s’imposer [au début de l’année]. »

 

Au terme du camp, Riley envisageait la saison d’un bon œil. Le premier obstacle sur la route vers les Jeux paralympiques d’hiver de 2022 avait été franchi, l’entraînement allait bon train, et le calendrier de la saison, qui comprenait notamment un voyage à St. Louis en début de saison pour une série de deux matchs contre les États-Unis, s’annonçait bien.

La semaine a bien commencé, mais était chargée. Avec deux entraînements par jour pour entamer la semaine, les journées à l’aréna étaient longues, et l’équipe passait beaucoup de temps ensemble. Tout le monde était aussi curieux à propos de l’aréna – les matchs allaient se dérouler à l’extérieur. Cependant, quand l’équipe est arrivée à St. Louis, les travaux pour la préparation de la glace n’avaient même pas encore commencé. Chaque jour, la troupe canadienne se présentait et s’enquérait des progrès.

Tout le monde a été surpris quand la glace était prête pour la première mise au jeu le 29 octobre, et l’excitation était palpable. Les partisans ont commencé à arriver, dont une famille de quatre personnes originaire du nord de la frontière, vêtue fièrement de rouge et de blanc. Riley était anxieux à l’idée de retourner sur la glace dans l’uniforme unifolié, mais la nervosité a disparu pendant la période d’échauffement.

Le Canada a pratiqué un style robuste dès la mise au jeu initiale, ce qui n’est pas une surprise étant donné qu’il s’agissait de la première rencontre entre ces deux rivaux depuis le match pour la médaille d’or du Championnat mondial de parahockey 2021 du CIP, alors que le premier prix avait échappé aux Canadiens. Riley n’était pas du nombre en 2021, mais toute l’équipe estimait qu’il était important de s’imposer tôt dans le match.

Riley en était seulement à sa deuxième présence en première période, son équipement était même encore sec. Il s’est avancé en zone neutre pendant que l’attaquant américain Brody Roybal se dirigeait vers une rondelle libre. Voyant qu’il n’aurait aucun moyen d’atteindre la rondelle avant l’Américain, Riley prévoyait mettre Roybal en échec. Le défenseur canadien Adam Dixon avait le même plan. Roybal a vu venir Dixon et a freiné à temps. Riley a frappé la bande de plein fouet et s’est arrêté net, juste au moment où la luge de Dixon l’a frappé. Personne ne sait comment la jambe de Riley est sortie de la sangle, mais elle a encaissé toute la force du coup; les deux os de son mollet ont été fracturés.

 

Je me souviens que j’avais les yeux fermés pendant qu’ils essayaient de me sortir de ma luge et de m’installer sur la civière, et quelqu’un m’a attrapé la main, se souvient Riley. C’était (le responsable de l’équipement) A.J. Murley, et je lui serai toujours reconnaissant pour ce moment-là. »

 

Diklich a accompagné Riley dans l’ambulance jusqu’à l’hôpital et a parlé à l’équipe de soins de St. Louis. Étant lui-même médecin urgentologue, Diklich a vu son lot de mauvaises fractures. Il était là quand ils ont essayé de retirer l’équipement de Riley, mais ils ont dû endormir l’attaquant pour le faire. Et une fois l’équipement retiré, la raison était évidente. Riley avait une fracture ouverte; le tibia avait traversé la peau. Une blessure difficile à gérer pour quiconque, encore plus pour quelqu’un qui n’a qu’une seule jambe.

À peine huit heures plus tard, Riley était opéré. Une tige fut installée pour soutenir son tibia, et il se sentait assez fort pour tenter de marcher le lendemain. Cela s’est avéré trop difficile, et les plans pour ramener Riley à la maison à bord d’un vol commercial ont été abandonnés. Le coordonnateur de l’équipe, Mitchell Furlotte, a attendu quelques jours avec Riley à St. Louis jusqu’à ce qu’un vol médical puisse être organisé.

Rentrer à la maison n’a pas été la partie la plus difficile de cette mésaventure. La blessure de Riley s’est produite à seulement 127 jours du début des Jeux de Beijing. Un rétablissement normal d’une fracture ouverte prend environ deux ou trois mois, mais c’est beaucoup de temps à l’écart pour un athlète de haut niveau qui s’entraîne six jours par semaine au gymnase ou sur la glace, surtout au cours d’une année paralympique. Riley a donc décidé sur le champ de ne pas rester aussi longtemps à l’écart et que sa blessure ne l’empêcherait pas de faire partie de l’équipe, pas après tout ce qu’il avait traversé au cours des deux dernières années.

« Ça m’a définitivement traversé l’esprit au début que ma saison était terminée, dit Riley. Mais ensuite, je me suis dit que j’en avais assez de traîner sans rien faire, donc si quelque chose tournait mal, ça tournait mal, mais à ce moment-là, j’avais juste besoin de me pousser et de reprendre l’action. »

Deux semaines après la collision, Riley était de retour au gymnase. Il faisait uniquement des entraînements des bras, mais il s’efforçait de ne rien perdre de tout ce qu’il avait gagné au cours de l’année. Il était en contact constant avec le personnel de soutien de l’équipe et a même travaillé avec des préparateurs physiques qu’il connaissait grâce à son expérience avec Équipe Ontario. Travailler seul dans le gymnase pendant plus d’un mois a été difficile pour Riley, mais il s’est concentré sur son objectif et a progressé un peu chaque jour.

Puis une infection est survenue.

Ce n’était rien d’alarmant au début, mais pour Riley, cela lui a rappelé des souvenirs de son cancer à l’adolescence et de l’infection qui lui a finalement coûté sa jambe gauche. Ce furent deux semaines tendues, tout le monde dans la vie de Riley retenant son souffle et attendant de voir s’il pouvait combattre l’infection. Soudainement, reprendre le hockey n’était plus la priorité. Sauver la seule jambe qui lui restait était tout ce qui comptait.

 

J’ai juste continué à faire des choses que je pouvais contrôler et que je pouvais faire pour m’aider à reprendre le dessus et à arriver au niveau où je devais être », dit Riley.

 

Il a rejoint l’équipe nationale à Calgary en décembre pour un camp d’entraînement (qui remplaçait la Coupe de parahockey Canadian Tire qui avait été annulée), bien qu’il n’avait toujours pas été autorisé à sauter sur la glace. Pendant les entraînements, le préparateur physique de l’équipe Bryan Yu apportait un appareil cardio au bord de la patinoire pour que Riley puisse voir ce qui se passait sur la patinoire. Pour la première fois en six semaines, il avait vraiment l’impression de faire partie de l’équipe.

Toutefois il y avait toujours la question de son retour sur la glace. Le médecin orthopédiste de l’Ontario a adopté une approche beaucoup plus conservatrice que Riley aurait souhaitée, mais compte tenu de l’étendue de la blessure et de l’infection, il n’y avait pas vraiment de choix. Même avec la protection de la luge, reprendre l’entraînement complet, surtout avec contact, avant que la blessure ne soit suffisamment guérie pourrait avoir des effets néfastes à long terme. De plus, Riley utilisait toujours sa jambe pour garder l’équilibre quand il patinait, ce qui, selon lui, causait encore de la douleur quand il a finalement reçu l’autorisation des médecins pour reprendre l’entraînement.

Deux mois jour pour jour après l’accident – le 29 décembre – Riley était de retour sur la glace. C’était lors d’un entraînement à Toronto avec trois autres membres de l’équipe basés en Ontario. Il a travaillé seul pendant un certain temps, se familiarisant avec sa luge et sa jambe, avant de participer à des exercices avec le reste des joueurs. C’était une belle journée et, au fur et à mesure que la nouvelle de son retour se répandait dans l’équipe, un regain d’énergie se faisait aussi sentir.

« Faire partie de son cheminement, de le voir simplement monter dans une luge, sans même vraiment penser que cela signifiait qu’il allait rejouer à un niveau compétitif ou être en mesure de faire partie de l’équipe fut vraiment spécial, explique Lenart. Mais la réalité est qu’il avait manqué une grande partie du temps d’entraînement et, à ce niveau, chaque période à l’écart est une période dont profitent vos coéquipiers et adversaires, mais pas vous. »

Allait-il avoir assez de temps?

Riley a rapidement réalisé la même chose; ces deux mois de récupération avaient nui à sa forme physique et à son rythme. S’il voulait avoir une chance de percer la formation de l’équipe paralympique, il aurait besoin de plus de temps de glace, d’un entraînement plus spécifique et de plus de travail avec les entraîneurs, mais les options étaient limitées chez lui en Ontario. Babey a suggéré à Riley de venir à Calgary au début de janvier pour travailler avec lui et les joueurs basés en Alberta, mais aussi pour avoir des séances ciblées avec Yu et le personnel de soutien.

C’était une grosse commande. L’équipe prévoyait déjà une centralisation d’un mois dans une bulle avant les Jeux paralympiques, et cela ajouterait trois semaines de plus loin de chez lui – plus de neuf semaines au total si Riley se taillait un poste au sein de la formation définitive. C’était l’objectif; au cours de la dernière année, Riley n’avait pensé à rien d’autre qu’à porter l’uniforme du Canada à Beijing. Trois semaines supplémentaires n’allaient pas le dissuader de tout essayer pour exceller quand les entraîneurs prendraient leurs décisions au début février pour parachever la formation.

Vingt joueurs avaient été sélectionnés au sein de l’équipe nationale de parahockey du Canada en septembre, mais seulement 17 allaient participer aux Jeux. Riley savait que ses chances étaient bonnes, mais il n’en était pas moins nerveux le jour où l’appel est finalement arrivé.

« Cet appel Zoom était vraiment émouvant, dit Babey. La façon dont il s’est battu pour revenir, je pense qu’il a gagné beaucoup de respect de la part de ses coéquipiers, et je sais qu’il a gagné celui du personnel d’entraîneurs et du personnel de soutien. »

À ce moment, Riley a été récompensé pour tout ce qu’il avait traversé dans sa vie. Le cancer, une amputation, des douleurs chroniques, chirurgie après chirurgie, une jambe fracturée; tout avait mené au point où il aurait une chance de réaliser un rêve d’enfance et de représenter son pays.

Garrett Riley était un athlète paralympique.

Photo Credit: Angela Burger/Paralympic.ca

Annonce des sites hôtes pour trois tournois de l’automne 2024

L’Ontario accueillera le Défi mondial des M17, tandis que le Championnat national féminin des M18 et la Coupe de parahockey s’amènent dans les Maritimes

NR.037.24
|
28 May 2024

CALGARY, Alberta –Hockey Canada a annoncé les communautés qui accueilleront trois de ses tournois de l’automne, soit le Défi mondial des M17 2024, le Championnat national féminin des M18 2024 et la Coupe de parahockey 2024.

« Ces événements sont au cœur du développement des athlètes et des membres du personnel entraîneur, d’arbitrage et de soutien au hockey masculin, au hockey féminin et au parahockey, et nous sommes heureux d’annoncer leur tenue prochaine en Ontario, au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard », a déclaré Pat McLaughlin, chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie. « Ces compétitions offrent une excellente occasion de bâtir des souvenirs inoubliables et de laisser un legs durable dans chacune des communautés. »

Le Défi mondial des M17 2024 aura lieu du 1 er au 9 novembre à Sarnia, en Ontario. Il s’agira de la septième édition du tournoi dans la province, et la deuxième à Sarnia depuis la première en 2014.

Le Championnat national féminin des M18 2024 se déroulera du 3 au 9 novembre à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick, ce qui marquera la toute première fois que l’événement est présenté dans le Canada atlantique. Ce sera l’occasion pour la population locale de voir la relève du hockey féminin de près.

Après sa conquête du titre à domicile au Championnat mondial de parahockey 2024 plus tôt ce mois-ci, l’équipe nationale de parahockey du Canada affrontera trois autres nations à la Coupe de parahockey 2024, qui aura lieu du 8 au 14 décembre à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Ce cinquième passage du tournoi dans la ville reconnue comme le berceau de la Confédération coïncidera avec le 50 e anniversaire de l’organisme ParaSport & Recreation PEI.

Il est possible de s’inscrire dès maintenant afin de recevoir toute l’information sur les billets ou de s’abonner au Cercle des initiés de Hockey Canada pour un accès prioritaire aux billets et d’autres offres spéciales.

« Ces tournois sont souvent des occasions uniques autant pour les athlètes que pour leurs familles et les partisans et partisanes », a exprimé Dean McIntosh, vice-président des partenariats stratégiques et de l’impact communautaire. « Les comités hôtes de ces trois marchés de hockey exceptionnels ont toute ma confiance. Avec toute la passion pour le hockey dans chacune de ces communautés, que ce soit dans les gradins ou parmi les bénévoles, toutes les conditions sont réunies pour que ces événements connaissent un succès retentissant. »

Au printemps, le titre du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada sera décerné à laCoupe Esso 2025, qui se déroulera du 20 au 26 avril à Lloydminster, en Alberta, tandis que le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada se tiendra du 21 au 27 avril à l’occasion de la Coupe TELUS 2025 à Chilliwack, en Colombie-Britannique.

Les communautés hôtes pour les 2025 de la Coupe du centenaire, présentée par Tim Hortons, et du 2024 Défi mondial junior A, seront annoncées à une date ultérieure.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivez-nous sur Facebook, X et Instagram .

Voir plus
Canada c. États-Unis

Aperçu du match au Mondial de parahockey : Canada c. États-Unis

Dimanche 12 mai | 17 h 30 HR | Calgary, Alberta | Match pour la médaille d’or

Jason La Rose
|
12 May 2024

On joue pour les grands honneurs! Le Championnat mondial de parahockey 2024 prend fin dimanche au WinSport Arena avec un duel nord-américain dans lequel l’équipe nationale de parahockey du Canada et les États-Unis se disputent l’or.

Dernier match de chaque équipe

Le Canada en a été quitte pour une bonne frousse. Micah Kovacevich et Dominic Cozzolino ont fait vibrer les cordages à deux reprises en l’espace de 84 secondes en début de troisième période, ce qui a permis aux représentants de l’unifolié de revenir de l’arrière pour l’emporter 2-1 sur la Chine vendredi soir. Tyler McGregor a obtenu deux aides pour les Canadiens.

Les Américains ont eu chaud eux aussi à la première demi-finale vendredi, prenant l’avance grâce à un but de Malik Jones tandis qu’il restait 7 min 1 s au cadran pour finir par battre la Tchéquie 3-1 et obtenir la chance de défendre leur titre mondial. Chris Douglas a inscrit les deux autres buts pour les États-Unis.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Les nations nord-américaines ont croisé le fer à 10 reprises cette saison, le plus récemment en finale d’une série de deux matchs à Calgary au début du mois d’avril. Liam Hickey a marqué pour le Canada, mais Josh Misiewicz a inscrit un but et une aide et Declan Farmer a marqué le but décisif pour les Américains, qui se sont imposés 4-1 contre les Canadiens.

À surveiller

Adam Kingsmill ne chôme assurément pas devant le filet du Canada cette année. Le gardien de but originaire de Smithers, en Colombie-Britannique, a participé à 17 des 20 matchs de l’équipe nationale de parahockey du Canada cette saison et a été remarquable en demi-finale. Après avoir fait face à seulement 11 tirs lors de ses deux premiers départs, Kingsmill a bloqué 14 rondelles sur 15 vendredi soir, gardant les Canadiens dans le match tandis que la troupe cherchait à percer la défensive chinoise et à combler un déficit survenu tôt dans la rencontre. Pas mal pour un gardien qui ne faisait pas partie de la formation canadienne il y a un an au Mondial de parahockey et qui n’avait que 10 matchs sur la scène internationale à son actif en début de saison.

Pour l’offensive américaine, tout passe par Farmer. Le joueur de 26 ans est une fois de plus en tête du classement des buteurs au tournoi, avec 19 points (10-9—19) en quatre matchs. Il a notamment enfilé l’aiguille à quatre reprises dans la victoire contre la Slovaquie au jour 1 et a inscrit huit points dans la victoire contre la Chine en fin de ronde préliminaire. Mais le joueur originaire de Tampa a probablement réalisé le jeu le plus important au tournoi pour les siens sans être en possession de la rondelle. Tandis que les États-Unis s’accrochaient à une avance d’un but en fin de demi-finale contre les Tchèques, Farmer s’est allongé le long de la ligne des buts pour frustrer le capitaine tchèque Radek Zelinka et s’assurer d’avoir une chance de remporter un cinquième titre mondial.

Rétrospective

Les deux pays sont au coude à coude dans l’histoire, les États-Unis détenant un léger avantage avec une fiche de 66-59-1.

Il faut dire que les Américains ont l’ascendant depuis quelques années; la dernière victoire des Canadiens remonte au 29 octobre 2021. Anton Jacobs-Webb avait inscrit le but gagnant après 13 secondes de jeu en troisième période, et Équipe Canada avait vaincu ses rivaux au compte de 4-2 dans le premier d’une série de deux matchs en banlieue de St. Louis.

C’est la septième fois que les rivaux s’affrontent pour l’or au Mondial de parahockey, et la septième de suite. Le Canada a remporté deux de ces finales, chaque fois en Corée, soit en 2013 à Goyang et en 2017 à Gangneung.

Fiche de tous les temps : les États-Unis mènent 66-59-1 (13-8 en PROL. ou TB)
Buts pour le Canada : 243
Buts pour les États-Unis : 278

Voir plus

Le Canada gagne l’or au Championnat mondial de parahockey 2024

Les Canadiens remportent une première médaille d’or à ce tournoi depuis 2017

NR.033.24
|
12 May 2024

CALGARY, Alberta – L’équipe nationale de parahockey du Canada a mis la main sur l’or au Championnat mondial de parahockey pour la première fois depuis 2017, battant les États-Unis 2-1 en finale dimanche au WinSport Arena.

Adam Kingsmill (Smithers, BC) a été fantastique devant la cage du Canada, effectuant 24 arrêts, ce qui lui a valu le titre de Joueur du match de l’équipe.

Les Canadiens n’ont pas perdu de temps pour s’inscrire au pointage; Dominic Cozzolino (Mississauga, ON) a marqué son septième but du tournoi en s’emparant d’un retour de Rob Armstrong (Erin, ON) après seulement 35 secondes de jeu. Ce fut le seul filet du premier engagement.

« Marquer si tôt dans le match, ça a été un excellent sentiment. C’était notre intention de connaître un fort départ, mais n’importe qui dans ce vestiaire aurait pu marquer ce but, j’étais juste à la bonne place au bon moment », a affirmé Cozzolino. « Nous nous faisons une grande fierté de bien jouer défensivement, et cette victoire est le fruit du travail de chacun des joueurs de notre équipe. C’est un sentiment magique; j’y ai rêvé quand j’étais jeune. Ça fait tellement du bien. »

Anton Jacobs-Webb (Gatineau, QC) a doublé l’avance du Canada en captant une passe depuis l’arrière du filet du capitaine Tyler McGregor (Forest, ON) avec 5 min 54 s à faire en deuxième période, marquant le but qui a fait la différence dans le match.

« J’ai eu le même état d’esprit à chacun des matchs. Notre entraîneur-chef Russ Herrington a travaillé pour faire en sorte que notre état d’esprit soit excellent, donc je pense que tout le monde dans l’équipe a été en mesure de joueur de façon détendue aujourd’hui », a commenté Kingsmill. « Je ne voyais pas souvent la rondelle parce que mes coéquipiers n’arrêtaient pas de bloquer des tirs. Ils m’ont facilité la tâche. Je me sens vraiment bien, toute ma famille est ici. Je ne peux m’arrêter de sourire. Je n’ai pas de mots pour résumer comment je me sens, ça va prendre un certain temps avant que j’y arrive. »

Le compte rendu et le sommaire complet du match sont affichés au HockeyCanada.ca.

« Nous devions être prêts pour le jour où les astres allaient s’aligner pour nous – c’est notre responsabilité. Je me dois de féliciter mes gars d’avoir fait preuve de patience et de ne pas faire en sorte que les déceptions du passé aient un impact sur leur performance », a déclaré l’entraîneur-chef Russ Herrington (Unionville, ON). « Merci aux gens de Calgary d’être venus passer le soir de la fête des Mères ici pour encourager Équipe Canada. J'ai vraiment eu l’impression que cette énergie nous a aidés, on pouvait bien sentir la fierté de la foule à notre banc, et ça nous a transportés sur la glace. »

Après le match, Cozzolino a été nommé Meilleur avant du tournoi.

Le Canada a terminé au sommet du groupe B en ronde préliminaire grâce à une fiche parfaite de 3-0. Il a vaincu le Japon (19-0), l’Italie (10-0) et la Tchéquie (5-1). Il a ensuite confirmé sa place au match pour la médaille d’or en battant la Chine 2-1 en demi-finale.

En 13 participations au Championnat mondial de parahockey, le Canada a remporté cinq médailles d’or (2000, 2008, 2013, 2017, 2024), quatre médailles d’argent (2015, 2019, 2021, 2023) et trois médailles de bronze (1996, 2009, 2012).

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et l’équipe nationale de parahockey du Canada, veuillez visiter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram.

Voir plus

Un milieu pour s’épanouir

Depuis 2011, l’Association de hockey sur luge de Calgary crée des occasions au parahockey tout en formant au passage des athlètes pour Équipe Canada

Lee Boyadjian
|
09 May 2024

Des grands sourires, des fous rires et de la pure joie. Les premiers coups de patin sur une patinoire, pour quiconque adore le hockey, deviennent rapidement un souvenir impérissable. Mais pour Auren Halbert, c’était bien plus que cela.

« C’était la première fois que je me retrouvais dans un environnement compétitif avec des personnes qui avaient un handicap similaire au mien, c’était merveilleux », confie l’athlète de 22 ans qui est né sans fémur dans sa jambe gauche.

Jouer au Championnat mondial de parahockey 2024 chez lui, à Calgary, c’est spécial pour Auren. Il a participé à la ronde préliminaire devant famille et amis, dont la plupart ont un lien avec l’Association de hockey sur luge deCalgary (CSHA). Cette association représente le point de départ de sa carrière de parahockeyeur.

« Bon nombre de joueurs d’Équipe Canada ont fait leurs classes au sein de notre organisation, comme les Cody Dolan, Zach Lavin, Auren et Adam Kingsmill », explique Alan Halbert, président de la CSHA et fier père d’Auren. « Mais notre objectif n’est pas de former tout le monde pour Équipe Canada, nous sommes ici pour que ces personnes se forgent la meilleure version d’elle-même.

« Le plaisir est mis à l’avant-plan. »

La CSHA est installée dans la ville du Stampede depuis les années 1980, mais est passée de 20 athlètes à plus de 80 depuis qu’elle est devenue un organisme constitué en société en 2011. Elle compte un personnel entraîneur de plus de 20 personnes et plusieurs bénévoles. Des programmes pour tous les âges et tous les niveaux y sont offerts.

Les équipes sont divisées en fonction de l’âge et du niveau d’habileté. Les jeunes de moins de 18 ans font partie de l'équipe junior (le Venom) avant de passer à l'équipe intermédiaire (les Stingers). Les athlètes de haut niveau ont la possibilité de gravir les échelons plus rapidement. Le club senior (les Scorpions) offre le plus haut niveau de jeu et participe à des événements provinciaux et nationaux.

Avec le temps, les Scorpions sont devenus une puissance du parahockey, mais il y a dix ans, ce n’était pas le cas. Alan a dû apprendre les rudiments de ce sport pour venir donner un coup de main au sein de la formation.

« J’étais un peu naïf. Je me demandais si j’étais autorisé à jouer. Je n’ai pas de handicap, donc je n’étais pas certain. Mais le club accueille tout le monde, c’est vraiment un milieu inclusif ». Alan ajoute qu’il a vu des personnes sans handicap se réunir pour former une équipe et d’autres simplement jouer pour appuyer un proche avec un handicap.

« Il a commencé quelques années après moi et au début, il se débrouillait bien mieux que moi », raconte Auren à propos de son père. « Ça a nourri mon esprit compétitif; je devais prouver à mon père que j’étais un meilleur joueur que lui. »

Même s’il ne fait aucun doute que le jeune Halbert est devenu le meilleur des deux, c’est le dévouement d’Alan et de sa femme Ashley envers la CSHA qui a eu la plus grande influence sur son engagement envers son sport.

« Tous les efforts que mes parents ont déployés pour l’organisation, c’est incroyable, lance Auren. C’est vraiment génial de pouvoir bénéficier d'un tel soutien dans la ville.

« Mes parents sont des passionnés, je trouve ça vraiment inspirant. »

Alan a occupé à peu près tous les postes au sein de l’association : athlète, entraîneur, membre du conseil d’administration et trésorier. En 2017, il en est devenu le président, mais peu de temps après, il a dû déménager à Pittsburgh pour le travail. Personne d’autre ne voulant du poste, il est resté à la barre, accomplissant ses tâches à distance bien avant que cela ne devienne la norme. Sept ans plus tard, Alan est toujours le président. Il continue de chercher des moyens de faire progresser la CSHA.

« Nous jouons un rôle de chef de file pour faire croître le parahockey, non seulement à Calgary, mais aussi dans les régions et provinces avoisinantes, relate Alan. Nous avons une bonne relation avec plusieurs équipes qu’Auren affrontait quand il était jeune au moment où elles venaient de créer leur programme. Nous étions là pour les aider à se mettre en place ou juste pour jouer. »

Auren demeure un membre actif de la CSHA. Il s’entraîne et joue parfois avec l'équipe senior. Il espère aussi tenir un camp estival cette année : « Je veux enseigner aux autres ce que je connais. »

Mais d’abord, le jeune défenseur doit conclure sa cinquième saison avec l’équipe nationale de parahockey du Canada, participant à son quatrième Mondial de parahockey sur la même patinoire où il avait vu pour la première fois Équipe Canada à l’œuvre il y a 13 ans.

« À la première saison d’Auren, notre implication dans ce sport a vite commencé à prendre de l’ampleur, et quelques mois plus tard, le Défi mondial de hockey sur luge a été présenté à Calgary, se souvient Alan. Auren a été un porte-drapeau sur la glace, il me semble, et ça l’a plongé dans le parahockey tout en nourrissant sa passion pour ce sport à un jeune âge.

« Le tournoi en cours vient boucler la boucle. »

Auren sait que le Mondial de parahockey, c’est une occasion pour lui d’allumer cette même flamme chez d’autres jeunes athlètes et d’initier de nouvelles personnes qui voudront suivre ce sport. C’est quelque chose qui le motive. Il est heureux de se donner en spectacle devant les gens qui l’encouragent depuis ses débuts.

« Je pense que c’est la première occasion pour plusieurs personnes de ma famille de me voir jouer à ce niveau, ça veut dire beaucoup pour moi, explique Auren. Les voir dans les estrades pour m’appuyer, les entendre… je vais me souvenir de ce moment comme l’un des plus beaux de ma vie. »

Voir plus
Canada c. Suède

Aperçu du match au Mondial de parahockey : Canada c. Chine

Vendredi 10 mai | 17 h 30 HR | Calgary, Alberta | Demi-finale

Jason La Rose
|
09 May 2024

L’équipe nationale de parahockey du Canada passe en ronde éliminatoire, où elle affrontera la Chine dans la deuxième demi-finale du Championnat mondial de parahockey 2024 vendredi.

Dernier match de chaque équipe

Le Canada a conclu une ronde préliminaire parfaite avec un gain de 5-1 aux dépens de la Tchéquie mardi soir. Tyler McGregor a connu une performance de deux buts, dont celui de la victoire inscrit après seulement 11 secondes de jeu en deuxième période. James Dunn a également touché la cible deux fois. Liam Hickey a ajouté un but et deux aides, tandis que Dominic Cozzolino a récolté trois aides.

Les Chinois ont bouclé leur ronde préliminaire par une défaite de 10-0 contre les États-Unis mardi après-midi. Après avoir marqué 10 buts dans chacune de ses deux premières parties en route vers les demi-finales, la Chine n’a décoché que trois tirs contre les Américains. Wei Wang a réalisé 20 arrêts devant le filet de la Chine.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Les Canadiens et les Chinois ont croisé le fer pour la toute première fois en décembre dernier lors de la Coupe de parahockey 2023 à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick. Après une victoire 4-1 en lever de rideau, le Canada avait signé un triomphe de 6-0 en demi-finale grâce à un tour du chapeau de McGregor et à quatre mentions d’aide de Cozzolino.

À surveiller

Auren Halbert a le vent dans les voiles devant la foule locale à Calgary, lui qui a obtenu un but et trois aides en trois affrontements en ronde préliminaire. Le joueur de 21 ans se trouve aussi à égalité au premier rang de son équipe (aux côtés de McGregor et Hickey) pour son différentiel de +15. En plus du trio formé de Cozzolino, Hickey et McGregor, qui cumule ensemble un total ahurissant de 45 points (20-25—45), les Canadiens voient toute leur formation mettre la main à la pâte offensivement – huit des neuf avants et les quatre défenseurs ont maintenu une moyenne d’au moins un point par match en ronde préliminaire.

Malgré sa panne offensive contre les États-Unis, la Chine a noirci allégrement la feuille de pointage dans ses jeux blancs contre la Corée et la Slovaquie. Pour la Chine aussi, l’offensive est l’affaire de tous. Cinq joueurs (Shen Yi Feng, Zhang Zheng, Zhu Zhan Fu, Tian Jin Tao, Li Hong Guan) ont récolté au moins cinq points dans les deux victoires, tandis que Song Xiao Dong a inscrit cinq buts, un sommet au sein de son équipe. Devant le filet, Ji Yan Zhao a offert une performance sans faille, repoussant les 13 tirs dirigés vers lui pour ajouter les deux gains à sa fiche.

Rétrospective

Tout a été dit. L’histoire se résume aux deux matchs à Quispamsis, tous deux remportés par le Canada.

Fiche de tous les temps : le Canada mène 2-0
Buts pour le Canada : 10
Buts pour la Chine : 1

Voir plus
Canada c. Suède

Aperçu du match au Mondial de parahockey : Canada c. Tchéquie

Mardi 7 mai | 17 h HR | Calgary, Alberta | Ronde préliminaire

Jason La Rose
|
07 May 2024

La première place au classement du groupe B sera à l’enjeu mardi soir lorsque l’équipe nationale de parahockey du Canada conclura sa ronde préliminaire contre la Tchéquie dans un duel opposant deux équipes invaincues au Championnat mondial de parahockey 2024.

Dernier match de chaque équipe

Le Canada a poursuivi sur sa lancée dimanche, s’imposant face à l’Italie au compte de 10-0. Il s’agissait d’une deuxième performance d’au moins dix buts en autant de matchs pour l’équipe. Tyler McGregor a mené la charge avec quatre buts et une mention d’aide, tandis que Liam Hickey a réussi un doublé en plus de récolter quatre aides pour se hisser au sommet des pointeurs (5-8—13 en deux parties).

Les Tchèques ont eux aussi remporté leur deuxième victoire dimanche en vainquant le Japon par la marque de 5-0. Ceux qui ont mis la main sur la médaille de bronze l’an dernier ont profité de l’apport offensif de Filip Vesely, auteur d’un doublé et d’une mention d’aide, et de Vaclav Hecko, qui a inscrit un but et une aide. Martin Kudela a repoussé huit tirs pour signer le jeu blanc.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Le Canada et la Tchéquie se sont affrontés il y a cinq mois en ronde préliminaire de la Coupe de parahockey 2023 à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick. Dominic Cozzolino avait frappé deux fois en période médiane, et Anton Jacobs-Webb avait complété la marque en troisième en route vers un gain de 3-0 des Canadiens.

À surveiller

Tyrone Henry a déjà fait les manchettes, mais c’est mérité, puisqu’il disputait dimanche son 100e match avec l’équipe nationale de parahockey du Canada. Le joueur originaire d’Ottawa a longtemps été connu pour son efficacité en défensive, mais il ne cesse de noircir la feuille de pointage jusqu’ici dans le tournoi. Après avoir amassé 17 mentions d’aide lors de ses 98 premières parties avec Équipe Canada, il en a récolté pas moins de six durant la fin de semaine à Calgary, dont cinq dans la victoire du Canada sur le Japon en lever de rideau samedi. Celui qui a participé deux fois aux Jeux paralympiques est devenu le 14e joueur à atteindre le plateau des 100 matchs avec l’équipe canadienne.

Radek Zelinka est celui qui mène les troupes à la ligne bleue pour les Tchèques; il a été nommé Meilleur défenseur l’année dernière à Moose Jaw après qu’il eut récolté trois buts et aidé son équipe à remporter la médaille de bronze. Jusqu’ici à Calgary, il compte trois mentions d’aide en deux rencontres. Pour sa part, Kudela ne chôme pas devant le filet des Tchèques, lui qui a joué chaque seconde au Mondial de parahockey 2023 et qui était le gardien partant lors des deux premiers affrontements à Calgary. Il a bloqué 12 des 13 tirs dirigés vers lui jusqu’ici dans les victoires sur l’Italie et le Japon.

Rétrospective

Le Canada présente une fiche parfaite contre la Tchéquie, ayant remporté chacun des 16 affrontements depuis 2009.

La victoire la plus marquante est survenue en sol tchèque à Ostrava, en ronde préliminaire du Mondial de parahockey 2021. Le Canada l’avait emporté 10-0, notamment grâce au brio de Tyler McGregor et de Zach Lavin, qui avaient tous deux réussi un tour du chapeau. McGregor avait conclu la rencontre avec une récolte de cinq points, et Billy Bridges avait amassé quatre aides.

Fiche de tous les temps : le Canada mène 16-0
Buts pour le Canada : 63
Buts pour la Tchéquie : 4

Voir plus
Canada c. Suède

Aperçu du match au Mondial de parahockey : Canada c. Italie

Dimanche 5 mai | 17 h HR | Calgary, Alberta | Ronde préliminaire

Jason La Rose
|
05 May 2024

L’équipe nationale de parahockey du Canada reprend l’action dès dimanche au WinSport Arena et affronte l’Italie dans ce qui sera le deuxième des trois matchs de la ronde préliminaire au Championnat mondial de parahockey 2024.

Dernier match de chaque équipe

Le Canada s’en est donné à cœur joie offensivement en lever de rideau samedi, frappant pas moins de dix fois en première période en route vers un gain convaincant de 19-0 contre le Japon. Dominic Cozzolino a conclu la rencontre avec une récolte de quatre buts et quatre mentions d’aide, tandis qu’Adam Dixon, Liam Hickey et Tyler McGregor ont chacun réussi un tour du chapeau pour les Canadiens, qui ont connu leur plus grande performance sur le plan offensif depuis qu’ils sont passés sous l’égide de Hockey Canada en 2004.

Les Italiens ont subi un revers de 4-1 face aux Tchèques au dernier match du jour 1 au WinSport Arena. Nils Larch a inscrit l’unique but de son équipe sur un jeu de puissance, tandis que Sandro Stillitano a été brillant devant la cage des siens, réalisant 28 arrêts dans la défaite.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Le dernier affrontement entre les deux équipes remonte à 2022 lors de la Coupe de parahockey à Bridgewater, en Nouvelle-Écosse. Le Canada s’était imposé au compte de 8-0. James Dunn avait mené la charge à l’offensive en inscrivant trois buts et une aide, tandis que Tyler McGregor avait réussi un doublé. Les Canadiens avaient décoché 48 tirs au but lors de cette rencontre.

À surveiller

Le premier trio, peut-être? Cozzolino, Hickey et McGregor ont été dominants face aux Japonais, amassant au total 10 buts et 22 points. Il a déjà été question des prouesses de Cozzolino, mais il convient de noter que Hickey et McGregor, en plus de leurs tours du chapeau, ont chacun obtenu trois aides. Il faut dire que ces trois noms figurent souvent sur la feuille de pointage. McGregor (11-10—21 en 16 PJ) et Cozzolino (6-12—18 en 16 PJ) sont les meilleurs pointeurs d’Équipe Canada cette saison, tandis que Hickey (4-2—6 en 11 PJ) a trouvé ses repères vers la fin de la saison après avoir été tenu à l’écart presque un an en raison d’une blessure.

L’âge? Ce n’est qu’un simple chiffre pour Stillitano. Le gardien de but de l’Italie, qui soufflera ses 55 bougies le mois prochain, a livré une autre performance remarquable sur la scène mondiale lors du match d’ouverture contre la Tchéquie. L’an dernier à Moose Jaw, le cerbère avait été nommé meilleur gardien de but par la direction du tournoi, lui qui avait maintenu une moyenne de buts alloués de 2,11 et le plus haut pourcentage d’arrêts du tournoi, soit 0,906. Celui qui a participé quatre fois aux Jeux paralympiques en est à une 11 e présence en championnat mondial.

Rétrospective

L’historique entre les deux nations est sans équivoque; le Canada a vaincu l’Italie treize fois en autant de matchs, dominant 87-3 au chapitre des buts.

La dernière confrontation au Mondial de parahockey remonte à 2017 en Corée du Sud. Hickey et Billy Bridges avaient chacun obtenu deux buts et deux mentions d’aide dans un gain de 7-0 des Canadiens, qui avaient couronné leur parcours d’une victoire en finale. Il s’agissait de leur quatrième titre mondial, leur plus récent à ce jour.

Fiche de tous les temps : le Canada mène 13-0
Buts pour le Canada : 87
Buts pour l’Italie : 3

Voir plus
Canada c. Suède

Aperçu du match au Mondial de parahockey : Canada c. Japon

Samedi 4 mai | 17 h HR | Calgary, Alberta | Ronde préliminaire

Jason La Rose
|
04 May 2024

L’équipe nationale de parahockey du Canada s’apprête à affronter le Japon au sein du groupe B en début de ronde préliminaire samedi au WinSport Arena dans le cadre du Championnat mondial de parahockey 2024.

Dernier match de chaque équipe

Le Canada a terminé une courte série de deux matchs contre les États-Unis avec une défaite de 4-1 le 5 avril sur la même glace où se déroule le Mondial de parahockey à Calgary. Liam Hickey avait marqué le seul but des Canadiens, et Adam Kingsmill avait repoussé 16 tirs dans la défaite.

Il y a peu de résultats à se mettre sous la dent pour la formation japonaise au cours de la saison 2023-2024, alors revenons à l’édition 2023 du Mondial de parahockey de la division inférieure, où elle a assuré sa transition en première division grâce à un parcours parfait à Astana, au Kazakhstan. Le Japon avait conclu son tournoi par un triomphe de 8-0 contre la Finlande en finale de la ronde préliminaire, propulsé par la performance de deux buts et deux aides de son capitaine Masaharu Kumagai.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Il faut reculer loin dans le temps pour revenir au dernier duel, soit le match d’ouverture en ronde préliminaire du Mondial 2015 à Buffalo. Le Canada était alors passé près de surpasser son meilleur total à vie dans une écrasante victoire de 17-0. Greg Westlake – désormais membre de la délégation canadienne à titre d’entraîneur adjoint à Calgary – avait amassé cinq buts et trois aides, Brad Bowden avait ajouté trois buts et cinq aides, et le Canada avait marqué 12 fois dans les 15 premières minutes.

À surveiller

Tyler McGregor est un joueur des grandes occasions. Le capitaine canadien a été meneur ou comeneur pour le Canada au chapitre des points lors de chacun des trois derniers championnats mondiaux, soit en 2019 (6-7—13), en 2021 (8-3—11) et en 2023 (4-6—10). En 2017, son total (12-5—17) lui avait conféré le deuxième rang derrière Adam Dixon. McGregor entame le Mondial de parahockey à seulement trois buts du total de Bowden, qui occupe la troisième place dans l’histoire d’Équipe Canada (128).

Kumagai est l’arme offensive par excellence du Japon. L’année dernière à Astana, il a mené l’attaque de son équipe avec 11 buts et six aides en cinq matchs, réalisant notamment une performance de sept buts et huit points contre la Grande-Bretagne, et ces statistiques n’incluent pas un but crucial en tirs de barrage contre la Slovaquie pour une victoire qui a essentiellement garanti au Japon sa promotion dans la première division du tournoi.

Rétrospective

Les Canadiens ont maintenu l’ascendant au fil des affrontements entre les deux nations, forts de 22 gains en 23 matchs où ils ont dominé le Japon 164-18 au pointage.

Vous vous rappelez cette victoire de 17-0 en 2015 qui est PRESQUE devenue le plus gros triomphe du Canada contre le Japon? Le Canada a réussi son pointage le plus impressionnant en 2010, lors d’une correction de 18-0 à Rochester, New York. Dixon s’était illustré avec trois buts et trois aides pour les Canadiens, qui avaient décoché 53 tirs au but.

Fiche de tous les temps : le Canada mène 22-1
Buts pour le Canada : 164
Buts pour le Japon : 18

Voir plus

Formation de l’équipe nationale de parahockey pour le Championnat mondial de parahockey 2024

Dix-sept joueurs compétitionneront pour l’or à Calgary

NR.024.24
|
18 April 2024

CALGARY, Alberta – À moins d’un mois du Championnat mondial de parahockey 2024, qui se tiendra du 4 au 12 mai au WinSport Arena de Calgary, Hockey Canada a dévoilé le nom des 17 joueurs qui porteront l’unifolié avec l’équipe nationale de parahockey du Canada et qui viseront la médaille d’or au tournoi.

Au total, ce sont deux gardiens de but, cinq défenseurs et dix avants qui ont été sélectionnés par l’entraîneur-chef Russ Herrington (Unionville, ON) et ses adjoints Mike Fountain (Gravenhurst, ON), Boris Rybalka (Vernon, BC) et Greg Westlake (Oakville, ON). 

« Nous travaillons fort pour progresser en tant qu’équipe depuis notre premier camp d’évaluation en septembre, a souligné Herrington. Tous nos joueurs ont fait preuve de résilience et de persévérance cette saison, ce qui a rendu les sélections difficiles - un beau problème à avoir, tout de même. Représenter le Canada à domicile, c’est spécial. Nous sommes convaincus que ce groupe déploiera les efforts nécessaires pour faire la fierté de toute la population canadienne. »

Le parcours vers le championnat mondial s’est amorcé en septembre dernier à Calgary, où 30 athlètes avaient été invités au camp d’évaluation. Le calendrier comprenait la Coupe IPH à Ostrava, en Tchéquie, la Coupe de parahockey à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick, ainsi que deux séries contre les États-Unis - une à Minot, dans le Dakota du Nord, et l’autre à Calgary.

La formation comprend 12 joueurs qui ont remporté une médaille d’argent lors du Championnat mondial de parahockey 2023 (Boily, Burnett, Cozzolino, Dixon, Dunn, Halbert, Henry, Jacobs-Webb, Kovacevich, Lelièvre, McGregor, Smith) et 14 qui ont gagné l’argent à la Coupe de parahockey 2023 (Armstrong, Burnett, Cozzolino, Dixon, Dunn, Halbert, Henry, Hickey, Jacobs-Webb, Kingsmill, Kovacevich, Lavin, McGregor, Smith).

Le personnel de soutien qui travaillera avec l’équipe nationale de parahockey du Canada durant le Championnat mondial de parahockey 2024 est composé des personnes suivantes : 

  • L’entraîneur adjoint en préparation mentale et en leadership Liam Heelis (Georgetown, ON)
  • L’entraîneur vidéo Steve Arsenault (Spruce Grove, AB)
  • Les responsables de l’équipement Grant Boswall (Cornwall, PE) et Tyler Jay (Charlottetown, PE)
  • La thérapeute en sport Tracy Meloche (Essex, ON)
  • La médecin de l’équipe Dre Danielle Kelton (Guelph, ON)
  • La coordonnatrice des activités hockey Hannah Curlock (Calgary, AB)
  • Le coordonnateur des communications Jacob Wolfenden (Hamilton, ON)

Le Canada jouera dans le groupe B avec l’Italie, le Japon et la Tchéquie, tandis que la Chine, la Corée, les États-Unis et la Slovaquie composeront le groupe A.

Le Canada amorce sa ronde préliminaire le samedi 4 mai à 17 h HR contre le Japon. Il affrontera également l’Italie le 5 mai avant de conclure sa ronde préliminaire face à la Tchéquie le 7 mai.

Il est possible de se procurer des billets pour tous les matchs de l’événement en achetant un forfait offert à partir de 99 $ au HockeyCanada.ca/Billets.

Les 20 matchs seront présentés gratuitement en webdiffusion en direct au HockeyCanada.ca.

Le Canada a remporté quatre médailles d’or au Championnat mondial de parahockey (2000, 2008, 2013, 2017), quatre médailles d’argent (2015, 2019, 2021, 2023) et trois médailles de bronze (1996, 2009, 2012).

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et l’équipe nationale de parahockey du Canada, veuillez visiter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus

Série de parahockey Canada c. États-Unis : aperçu du match

Vendredi 5 avril | 18 h HR | Calgary, Alberta | Match no 2

Jason La Rose
|
05 April 2024

L’équipe nationale de parahockey du Canada reprend l’action dès vendredi soir à domicile, elle qui tentera de venger la défaite subie au premier match de la série de trois contre les États-Unis au WinSport Arena.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Les Canadiens ont amorcé la série mercredi après-midi en s’inclinant 5-1 devant les États-Unis. Corbyn Smith a inscrit un but en supériorité numérique avec moins de deux minutes à jouer dans la rencontre, et Corbin Watson, qui obtenait son premier départ en quatre ans devant la cage d’Équipe Canada, a joué avec brio en réalisant 23 arrêts dans la défaite. Il faut dire que le pointage ne reflète pas l’allure de l’affrontement; les Américains ont marqué à trois reprises en 24 secondes d’intervalle (dont une fois dans un filet désert) tard en troisième période pour sceller l’issue de la rencontre.

À surveiller

Pour Smith, c’est une belle occasion de s’établir et de prendre plus de responsabilités au sein de l’équipe en vue du Championnat mondial de parahockey 2024, qui aura lieu également à Calgary. Le joueur originaire de Monkton, en Ontario, a souvent fait partie de l’alignement de l’équipe depuis 2016, lui qui a récolté 42 points (15-27—42) en 79 parties. Vu le manque d’effectifs dans le clan canadien pour cette série – seulement sept avants et quatre défenseurs étaient en uniforme lors du premier match –, Smith veut visiblement saisir sa chance. Jouant au sein du deuxième trio aux côtés d’Adam Dixon et de Vincent Boily, il a inscrit mercredi son premier but depuis le Mondial de parahockey l’an dernier à Moose Jaw.

Le duo dynamique formé par Declan Farmer et Brody Roybal continue de causer des maux de tête aux Canadiens, les deux ayant amassé au total six points lors du premier duel de la série. Farmer a notamment ajouté un point d’exclamation à la performance de son équipe en faisant vibrer les cordages à deux reprises en l’espace de 11 secondes dans les dernières minutes du match. Farmer (17-10—27) et Roybal (6-7—13) sont tout simplement dominants contre le Canada cette saison, eux qui cumulent ensemble 40 points en 8 parties seulement.

De retour à Calgary

Cette nouvelle série permet aux deux équipes d’achever leur préparation en vue du Mondial de parahockey, qui se déroulera au WinSport Arena du Parc olympique du Canada du 4 au 12 mai. Le tournoi est disputé pour une deuxième année de suite en sol canadien.

Les billets sont en vente maintenant, dont un forfait pour le tournoi au complet (20 matchs) à partir de 99 $, un autre pour la ronde des médailles (6 matchs) à partir de 75 $, et des billets unitaires à partir de 15 $.

Rétrospective

Les deux pays sont au coude à coude dans l’histoire, les États-Unis détenant un léger avantage avec une fiche de 65-59-1.

Il faut dire que les Américains ont l’ascendant depuis quelques années; la dernière victoire des Canadiens remonte au 29 octobre 2021. Anton Jacobs-Webb avait inscrit le but gagnant après 13 secondes de jeu en troisième période, et Équipe Canada avait vaincu ses rivaux au compte de 4-2 dans le premier d’une série de deux matchs en banlieue de St. Louis.

Fiche de tous les temps : les États-Unis mènent 65-59-1 (13-8 en PROL. ou TB)
Buts pour le Canada : 242
Buts pour les États-Unis : 274

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
BFL : Hommage aux meilleures derrière le banc
play_logo
FHC : Le Fonds d’aide en action – Simon
play_logo
FHC : Rêves devenus réalité à Membertou
play_logo
CMM : Faits saillants – SWE 4, CAN 2 (médaille de bronze)
play_logo
CMM : Faits saillants – SUI 3, CAN 2 TB (demi-finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 6, SVK 3 (quart de finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
Horaire
HC Logo
Windsor / Plymouth, ON / MI
juill. 28 - août 3
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10
HC Logo
San Jose, CA | Salt Lake City, UT | Boise, ID | Halifax, NS | Summerside, PE, CAN & USA
nov. 6 - févr. 8