2022  o p o e ali beres aug 24 main

Une nouvelle étape à franchir

Ali Beres est l’une de huit jeunes qui ont eu l’occasion d’apprendre sur la glace et en classe auprès d’officielles parmi les meilleures au pays au camp du Programme d’excellence des officiels

Chris Jurewicz
|
24 août 2022
|

Les transitions n’ont rien de nouveau pour Ali Beres.

Il lui suffit de penser à son déménagement en Ontario, elle qui a grandi en Colombie-Britannique. Ou à ses années comme joueuse de ringuette, avant qu’elle se tourne vers le hockey. Puis, une autre transition marquante : la hockeyeuse des rangs universitaires est devenue une officielle de haut niveau.

Toutes ces transitions, semble-t-il, ont permis à Beres de se frayer un chemin dans l’espoir d’atteindre son objectif ultime : arbitrer aux Jeux olympiques d’hiver.

« Mon rêve depuis que je porte le chandail rayé est de me rendre jusqu’aux Olympiques, confie Beres. C’est un but à long terme, et je suis prête à faire ce qu’il faut pour l’atteindre. Toutes ces heures à l’aréna, tous les apprentissages, les matchs difficiles, les punitions qu’on a ratées, tout le travail en coulisses, le conditionnement physique, les évaluations de la forme physique – tout ce qu’on fait en préparation prendrait tout son sens.

« C’est un but, un rêve, un niveau que je souhaite atteindre… Le niveau de compétition le plus relevé. L’atmosphère, la qualité du jeu… Je veux vivre le tout en personne. »

Beres est originaire de Lions Bay, en Colombie-Britannique – un petit village côtier à environ 30 minutes de route au nord de Vancouver. Toute jeune, elle jouait à la ringuette, puisqu’il n’y avait aucun programme de hockey féminin à Lions Bay. C’est à l’âge de 13 ans qu’elle est passée au hockey. Après avoir jonglé avec les deux sports le temps d’une saison, elle a décidé de s’adonner pleinement au hockey. La qualité de son jeu l’a menée à une participation au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2013 au sein de l’équipe de la Colombie-Britannique, puis au hockey universitaire pour l’Université Western Ontario.

Dans sa jeunesse, Beres s’est également lancée dans l’arbitrage, notamment grâce à ses parents, qui s’impliquaient dans cette facette du sport. Ali et sa petite sœur Maegan ont toutes deux été officielles et ont beaucoup aimé avoir à gérer des matchs.

« Maegan et moi, on s’occupait des plus jeunes, les 6 à 8 ans, et on arbitrait deux ou trois parties par jour pour accumuler de l’expérience, se rappelle Beres. Je me souviens d’être tombée en amour avec ce côté du sport. Ce n’est pas tout le monde qui sait les efforts, le temps et la préparation que nécessite l’arbitrage. À mes débuts au hockey, je n’étais pas très douée, étant une joueuse de ringuette à la base. Tout le monde savait tirer et manier la rondelle. Moi, je patinais bien, mais c’était à peu près tout.

« De voir le travail des arbitres durant nos matchs, c’était super. Ils nous aidaient durant les matchs, nous donnaient des conseils. Je me souviens des fois où ils me disaient où me placer à la mise au jeu. Des années plus tard, j’ai eu la chance de jouer au niveau universitaire. Les arbitres ne font pas que gérer le match, ils guident les joueurs et les joueuses qui ne connaissent peut-être pas toutes les règles encore. J’ai beaucoup appris de cette expérience. J’ai adoré être à la fois officielle et joueuse. »

La semaine dernière, Beres a participé au camp du Programme d’excellence des officiels (PEO) de Hockey Canada à Calgary, qui s’est tenu en marge de la vitrine estivale BFL du programme national féminin. Le PEO propose, tant du côté féminin que masculin, un cheminement vers l’atteinte des objectifs en arbitrage, qu’il s’agisse des Jeux d’hiver du Canada, de la Coupe Esso, du hockey AAA, des tournois de la Fédération internationale de hockey sur glace ou même des Jeux olympiques.

Vanessa Stratton était l’une des quatre entraîneuses au camp du PEO de Hockey Canada. Heureux hasard : Stratton est responsable de l’enseignement à l’Université Western Ontario, l’alma mater de Beres. Elle est aussi entraîneuse en arbitrage pour l’IIHF et responsable de l’arbitrage pour BC Hockey. Stratton a également eu l’honneur d’arbitrer lors de six championnats mondiaux de l’IIHF.

« Nous avons formé d’excellents officiels, soutient Stratton. Il y en a eu aux Olympiques et dans les championnats mondiaux de différents niveaux. Toutefois, nous n’avons jamais eu de structure bien établie autour de l’arbitrage qui définisse clairement un cheminement que les officiels pourraient suivre afin d’atteindre leurs objectifs. Nous avions différents éléments de cette structure, mais jamais rien de complet avec un cheminement précis où seraient fixés des buts et des objectifs à chacune des étapes clés pour favoriser la progression des officiels. »

Tenu à Calgary, le PEO – présenté en partenariat avec la Fondation Hockey Canada – comprenait des séances sur glace et en classe ainsi que des évaluations de la condition physique. Beres et ses sept collègues ont également arbitré plusieurs matchs durant la vitrine estivale, laquelle réunissait 142 joueuses se battant pour un poste au sein de l’équipe nationale féminine, l’équipe nationale féminine de développement ou l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans.

« C’est une chance inouïe de pouvoir apprendre auprès de ces quatre entraîneuses chevronnées, tant en classe que sur la glace, ajoute Beres. Les filles qu’elles ont invitées forment un très beau groupe, c’est vraiment agréable. Nous sommes une équipe d’officielles, pas simplement un groupe d’individus. On tisse des liens, on s’amuse. On se pousse les unes les autres, on s’encourage pendant les matchs et on a beaucoup de plaisir sur la glace, ce qui compte pour beaucoup. »

Selon Stratton, le but est de continuer de développer le PEO au moyen de camps régionaux et nationaux, et d’en faire un jour une référence dont d’autres pays pourront s’inspirer pour concevoir et développer leurs propres programmes d’officiels.

Pour plus d’information au sujet du PEO, ou pour savoir comment vous impliquer comme arbitre ou juge de lignes, rendez-vous au HockeyCanada.ca.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
COUPE IPH 2022 : USA 4 – CAN 0 (match pour l’or)
Blanchi par les États-Unis, le Canada remporte la médaille d’argent à la Coupe IPH.
COUPE IPH 2022 : CAN 4 - CZE 1 (demi-finale)
Dominic Cozzolino inscrit deux buts et le Canada accède à la finale de la Coupe IPH.
COUPE IPH 2022 : USA 8 - CAN 2 (ronde préliminaire)
Jacobs-Webb et Hickey marquent en avantage numérique au dernier match du Canada en ronde préliminaire.
COUPE IPH 2022 : CAN 5 – IPH 2 (ronde préliminaire)
Quatre points pour Cozzolino; le Canada bat l’équipe IPH dimanche.
Horaire