2020 tcaa jen botterill feature

Où sont-ils maintenant? Jennifer Botterill

Après avoir placé la barre haut comme joueuse et pris sa retraite avec trois médailles d’or olympiques, Jennifer Botterill vise cette même excellence en tant que communicatrice

Wendy Graves
|
25 février 2020
|

Jennifer Botterill a fait son chemin avec l’équipe nationale féminine du Canada.

Elle a fait ses débuts à la Coupe des 3 nations 1997 et a disputé 184 parties avec Équipe Canada avant d’accrocher ses patins en 2011. Elle a gagné 17 médailles d’or au cours de sa carrière de 14 ans, dont cinq titres du Championnat mondial féminin de l'IIHF, où elle a été nommée deux fois Joueuse par excellence, et trois médailles d’or olympique, couronnant sa carrière sur la plus haute marche du podium à Vancouver en 2010.

« Je pense que toute l’équipe est allée à ces Jeux olympiques en pensant que ce serait un événement assez spécial, étant présenté au Canada », confie Botterill. « Sans l’ombre d’un doute, cet événement a dépassé nos attentes en ce qui a trait à l’énergie, à l’excitation et au soutien. Encore aujourd’hui, quand je donne une conférence ou participe à un événement, je montre des photos ou une vidéo des Jeux de Vancouver et j’ai des frissons juste parce que c’était une ambiance contagieuse. »

Quand elle fait un retour sur sa carrière marquée par des moments mémorables, Botterill place ces Jeux, ainsi que les trois championnats mondiaux disputés en sol canadien (dont un dans sa ville d’origine de Winnipeg), au sommet. « La meilleure chose à propos de jouer pour Équipe Canada, c’était de partager cette expérience avec les amateurs à la maison. »

Botterill partage maintenant ses expériences et son expertise d’une autre façon, soit en tant que communicatrice. La transition vers la cabine des commentateurs (et entre les bancs) a commencé peu de temps après sa retraite, avec TSN.

« Je pense que je voulais avoir la chance de garder un lien avec ce sport, mais dans un rôle différent », dit-elle. « C’est une bonne façon de partager mon point de vue et d’offrir un regard de l’interne sur le hockey en espérant rapprocher l’auditoire des athlètes et de ce sport avec un point de vue unique. »

En plus de son expérience chez TSN, Botterill a également travaillé en tant qu’animatrice et analyste pour CBC et Sportsnet. L’an passé, elle s’est jointe à MSG Networks pour faire l’analyse des matchs des Islanders de New York.

Le réseau l’avait approchée en septembre 2018 à propos de cette ouverture de poste. L’occasion de demeurer active dans le hockey dans un rôle différent l’a intriguée.

Botterill s’occupe des émissions en studio avant et après les matchs ainsi que pendant les entractes, tout en participant à des segments entre les bancs durant les parties. L’an passé, grâce aux succès des Islanders en séries éliminatoires, elle a travaillé à environ 40 matchs. Cette saison, elle en aura fait près de 30. Elle partage ce rôle avec A.J. Mleczko. Les deux ont joué sur le même trio lors de la première année de Botterill (Mleczko jouait sa quatrième année) à l’Université Harvard et elles ont remporté un championnat national ensemble.

La femme de 40 ans habite à Toronto et fait les voyages vers New York pour le travail. Parfois, elle doit prendre un vol la veille, assister à la séance de patinage d’avant-match en matinée, couvrir le match en soirée et embarquer dans le premier avion de retour à la maison le lendemain. À d’autres occasions, le séjour de l’équipe à domicile lui permet de passer quelques jours à New York pour au moins défaire ses valises.

« J’ai toujours eu une fierté de me placer la barre haut et de viser l’excellence dans tout ce que je fais », analyse Botterill. « Je peux profiter des leçons que j’ai apprises en étant une athlète de haute performance pour avoir le même niveau d’intensité et de préparation dans mon travail de communicatrice en espérant offrir une bonne performance. »

En plus de son travail d’analyste, elle donne des conférences à des événements d’affaires, communautaires et de bienfaisance; elle gère Journey to Excel, un centre d’entraînement de haute performance qu’elle a ouvert il y a environ sept ans avec son mari, Adrian Lomonaco; elle fait du bénévolat auprès de Hockey Canada en appui au hockey local; elle offre aussi son aide lors d’événements du Comité international olympique et de la Fédération internationale de hockey sur glace.

« Quand je pense aux filles avec qui j’ai commencé à jouer au hockey à Winnipeg, ce n’est pas tout le monde qui a porté les couleurs d’une équipe de hockey universitaire ou de l’équipe nationale, mais ce sport leur a offert une excellente plateforme vers une belle vie », dit-elle. « J’ai toujours été reconnaissante de toutes mes expériences dans le sport. S’il y a des façons de redonner, je suis toujours partante. »

Elle trouve le moyen de faire tout ça en élevant ses trois jeunes filles : Maya, 4 ans; Brooklynn, 2 ans; et Wyllow, 5 mois. Sa plus jeune fille voyage souvent avec elle à New York. Les deux plus vieilles ont également suivi leur mère à leur première année. Son horaire unique a été chargé, mais bien apprécié.

« Ça me permet d’avoir une certaine flexibilité, des journées complètes et consécutives avec mes enfants. C’est ce qui me rend le plus heureuse. Être une mère, c’est beaucoup de travail », dit-elle en riant. « Ai-je apprécié suffisamment les efforts de mes parents quand j’étais jeune? J’espère que oui.

« C’est très épanouissant de prendre soin de mes trois enfants qui nous ont apporté beaucoup d’énergie et de joie dans nos vies. »

Botterill n’a pas l’intention de ralentir. Elle espère avoir encore plus d’occasions de partager ses points de vue, en tant qu’analyste, mais aussi comme personne dont le parcours a été forgé par l’impact positif du sport.

« J’adorerais continuer d’assurer une couverture de ce sport, autant pour le volet masculin que féminin, en donnant une nouvelle perspective et en produisant du contenu de qualité », explique-t-elle. « Et j’adorerais continuer de donner des conférences. J’aimerais vraiment continuer de progresser dans ces deux rôles. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

 

Videos
Photos
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
ENF : Rencontres à Victoria
Des joueuses de hockey atome de la CRFMHA ont eu la chance de rencontrer des membres d’Équipe Canada.
Horaire