2020 tcca paul coffey feature

Continuer de contribuer

Paul Coffey et Sean Burke, qui ont connu beaucoup de succès sur la glace à l’international au cours de leur carrière, ont collaboré à l’extérieur de la glace pour aider le Canada à remporter la Coupe Spengler 2019

Chris Jurewicz
|
25 février 2020
|

Paul Coffey se souvient des larmes. Il y en avait beaucoup.

La scène s’est déroulée à Davos, en Suisse, et Coffey était sur la glace pour célébrer une victoire 4-0 contre le HC Ocelari de Trinec lors du match de championnat de la Coupe Spengler 2019. La victoire était la 16 e de tous les temps du Canada au tournoi, un nouveau record. Coffey, une légende de la LNH et du hockey international, était l’adjoint de l’entraîneur-chef derrière le banc, Craig MacTavish.

« Et bien, moi, j’étais en miettes. Mon enfant est venu sur la glace, mon plus jeune fils (Christian, 16 ans) et il pleurait. Je me suis demandé “Que s’est-il passé?”, mais il était tout simplement très fier », raconte Coffey. « Et mon père… ceci a toujours été son tournoi préféré; je pensais donc à lui. Ensuite, j’ai vu James Emery, notre entraîneur vidéo, un gars incroyable, avec qui c’est formidable de travailler, et il était en larmes. Je lui ai demandé “James, est-ce que ça va?” Il m’a regardé et a dit : “Je n’ai jamais gagné avant.” C’était si excitant. Rien de mieux que de gagner. »

La Coupe Spengler remonte à 1923 et c’est le plus vieux tournoi de hockey sur invitation de la planète. C’est un événement unique, joué pendant les vacances de Noël avec les belles Alpes suisses comme toile de fond. Le tournoi est au premier rang ou presque de nombreuses listes de choses à réaliser pour les joueurs et les partisans.

Coffey, qui a disputé plus de 1 400 matchs dans la LNH, remporté trois trophées Norris, quatre coupes Stanley et trois coupes Canada (1984, 1987, 1991) et qui était de la formation canadienne pour la Coupe du monde de hockey 1996 et le Championnat mondial 1990 de l’IIHF, a été honoré d’y participer.

« Vous pouvez dire que les Jeux olympiques sont ceci, vous pouvez dire que la Coupe Canada ou le Mondial junior est le meilleur tournoi », dit Coffey. « Mais il n’y a pas de différence. Vous portez ce drapeau sur votre poitrine. C’est comme gagner un championnat, que vous jouiez au hockey AAA ou dans une ligue de vétérans. Un championnat est un championnat. Lorsque vous revêtez ce drapeau, je l’ai ressenti. Je portais un veston sport… mais je l’ai ressenti. »

Sean Burke a peut-être joué le rôle le plus important pour l’équipe gagnante de la Coupe Spengler en tant que directeur général. Burke est le meneur de tous les temps parmi les gardiens de but du Canada pour le nombre de matchs disputés aux Championnats mondiaux de l’IIHF et il a connu une brillante carrière internationale avec le Canada, prenant part au Mondial junior, à deux Olympiques et à cinq championnats mondiaux.

Son objectif ces temps-ci est de bâtir des clubs de hockey gagnants; il a fait partie du groupe de gestion à quatre Championnats mondiaux de l’IIHF et était directeur général de l’équipe canadienne médaillée de bronze aux Jeux olympiques de 2018. Il a également été directeur général du Canada lors des quatre dernières Coupes Spengler, remportant le tournoi en 2016 et 2017 et perdant la finale en tirs de barrage en 2018.

« C’est un tournoi de haute qualité, mais il comporte de nombreuses caractéristiques particulières, dont la période de l’année, notamment le temps de Noël », explique Burke. « Cela me rappelle en quelque sorte des tournois de hockey mineur à Noël avec beaucoup de famille autour. Et le fait que le tournoi a presque 100 ans… je pense que c’est quelque chose auquel tout le monde veut participer au moins une fois dans sa carrière de hockeyeur. »

La structure du tournoi est également une de ses caractéristiques uniques. Le Canada, qui est invité chaque année, y affronte cinq équipes professionnelles de ligues différentes. Alors que les autres équipes sont des équipes de club avec des joueurs qui jouent et s’entraînent ensemble tout au long de la saison, la formation du Canada est composée de joueurs de différentes ligues et équipes.

Il n’y a pas beaucoup de temps de préparation et, bien que le Canada soit souvent considéré comme l’une des équipes étoiles du tournoi, la Coupe Spengler n’est pas un événement facile à gagner. Loin de là.

« Chaque année est unique parce que c’est toujours une équipe différente. Le processus est semblable; vous rassemblez les meilleurs joueurs que vous pouvez trouver et qui sont à votre disposition », explique Burke. « Ce qui était vraiment spécial cette année, c’est la rapidité avec laquelle l’équipe s’est soudée. Ce n’est jamais facile de rassembler une équipe, d’avoir un seul entraînement complet et de s’attendre à ce que les gars aillent sur la glace et se soudent. Mais nous avons été chanceux cette année. Les gars se sont soudés rapidement. Je donne beaucoup de crédit au personnel des entraîneurs et à leur préparation. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire