2021 npt lehoux larocque fathers feature

Une première fête des Pères

Antoine Lehoux et Dominic Larocque sont des vétérans en tous points, mais pour leurs nouveau-nés, ils sont toujours des recrues jonglant avec la vie familiale et leur rôle au sein d’Équipe Canada

Lee Boyadjian
|
20 juin 2021
|

Les athlètes élites aiment leurs routines : manger, s’entraîner, dormir. Et à l’approche d’un événement important? Même chose : manger, s’entraîner, dormir. Ce n’est pas sans rappeler la routine de Wesley Lehoux, sept mois, et d’Ayanna Larocque, cinq mois : manger, jouer, dormir.

Amis de longue date, coéquipiers et anciens membres des Forces armées canadiennes, Antoine Lehoux et Dominic Larocque vivent les plaisirs de la paternité pour la première fois, en même temps. Mais cette semaine, au Championnat mondial de parahockey 2021 du CIP, ils vivent un autre moment inédit ensemble : être séparés de leurs bébés.

« Je comprends la situation, mais Wesley, dans sa tête de bébé, il ne comprend pas ce qui se passe », dit Lehoux. « C’est sûr que ça me fait quelque chose de savoir qu’il cherche son père, mais avec la technologie d’aujourd’hui, j’ai de la chance de pouvoir parler avec ma blonde et de voir mon petit gars tous les jours. »

« Ça m’a pris du temps avant que je me décide d’y aller », avoue Larocque. « Ça faisait déjà 15 mois que je ne faisais plus tant de hockey, j’étais tout le temps à la maison. Une nouvelle routine s’est installée, puis on est devenus à l’aise là-dedans. »

Selon Lehoux, un des aspects positifs de la pandémie de COVID-19 était de pouvoir être toujours présent, tous les jours, pour Wesley. De même, Larocque n’avait pas passé plus de quelques heures sans sa fille Ayanna, la plupart du temps pour s’entraîner avec Lehoux et Anton Jacobs-Webb à Montréal une fois par semaine.

« Ce n’est pas évident, mais on fait avec ce qu’on a, puis je sais que pour les autres pays aussi, ce n’est pas une saison habituelle, et ce n’est pas un tournoi normal non plus », estime Larocque.

Lehoux, originaire de Thetford Mines, au Québec, en est à sa troisième participation à un championnat mondial, tandis que pour Larocque, qui vient de Québec, il s’agit de son sixième.

Les deux nouveaux pères remercient leurs partenaires pour leur incroyable résilience au cours des derniers mois et sont heureux de pouvoir aspirer à un titre mondial malgré tout ce qui se passe à la maison. Lehoux prétend même, avec le sourire, que Wesley est entre de bien meilleures mains avec sa mère, Pamela, que si c’était lui qui était seul avec son enfant.

« Ma blonde savait dans quoi on s’embarquait en ayant un enfant pendant que je jouais pour l’équipe nationale », soutient Lehoux. « Je suis extrêmement reconnaissant qu’elle veuille faire ce sacrifice-là avec moi. »

Lehoux décrit Wesley comme un petit garçon curieux et actif, au regard éveillé depuis le jour de sa naissance. Toujours à tenter de comprendre comment un jouet fonctionne, à vouloir savoir ce qui se passe autour de lui, l’enfant déborde de curiosité. Quant à Ayanna, c’est un bébé très calme qui passe le plus clair de son temps à dormir, aux dires de Larocque.

« Elle se couche vers 19 h après le bain, puis elle ne se lève généralement pas avant 6 h le lendemain matin », raconte fièrement Larocque, qui sait combien de parents l’envient.

C’est peut-être la chance qui dicte les habitudes de sommeil d’un bébé, mais ce sera le travail ardu qui permettra à l’équipe nationale de parahockey du Canada d’atteindre son objectif de gagner l’or. Équipe Canada a terminé en deuxième place à la dernière édition du tournoi en 2019, qui a également eu lieu à Ostrava, en République tchèque. Le tournoi de 2020 a été annulé en raison de la pandémie.

Par ailleurs, Lehoux et Larocque sont animés d’une motivation supplémentaire cette fois.

« Maintenant, je ne veux pas juste gagner cette médaille-là pour moi, je pense que je la dois à mon gars qui, même si c’est inconscient, fait le sacrifice d’être sans son père pendant tout ce temps-là, puis aussi à ma blonde », affirme Lehoux. « Je n’ai pas envie de revenir au Québec les mains vides, ni même avec une médaille d’argent ou de bronze. Les Canadiens, on vise tout le temps l’or, mais c’est encore plus vrai pour moi cette année, parce que j’aurais l’impression de laisser tomber ma blonde et ma famille, qui font ce sacrifice-là avec moi. »

« Tant que tu ne deviens pas toi-même un parent, c’est quelque chose que tu ne peux pas vivre », ajoute Larocque. « Tu peux comprendre un peu quand les autres te le racontent, mais quand c’est ton enfant, c’est quelque chose de complètement différent. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
CMJ 2022 : CAN 11 – SVK 1 (Préliminaire)
McTavish a six points dans un gain du Canada c. la Slovaquie jeudi.
CMJ 2022 : CAN 5 - LAT 2 (Préliminaire)
Bedard et Greig ont 1G 1A et le Canada l’emporte en lever de rideau.
CMJ 2022 : CAN 4 – SWE 3 (match préparatoire)
Gaucher et McTavish ouvrent la marque à 34 s d’intervalle, et le Canada résiste à la Suède.
2022 CHG: TCH 3 - E.U. 1 – (Prélim.)
Šprynar marque le but gagnant et la Tchéquie passe en demi-finale.
Horaire