2020 njt suzuki millman tc

Zuke et Milly : meilleurs amis pour la vie

Compte tenu du rôle important qu’ils ont chacun joué dans le parcours de l’autre, il est naturel que Ryan Suzuki et Mason Millman tentent d’atteindre ensemble leur rêve de participer au Mondial junior

Madison Koekkoek
|
30 novembre 2020
|

Sept ans ensemble au hockey mineur, sélectionnés à 75 rangs de différence au repêchage de la LNH, réunis dans la Ligue de hockey de l’Ontario et invités au camp de sélection Sport Chek de l'équipe nationale junior du Canada.

Certains des plus grands moments dans les jeunes vies de Ryan Suzuki et Mason Millman ont une tendance commune : ils ont été là l’un pour l’autre (ou à l’autre bout du fil) quand le téléphone sonnait.

Les deux meilleurs amis de London, Ont., et deux coéquipiers de longue date avec les Jr. Knights de London, se retrouvent maintenant ensemble à la conquête d’un rêve grandiose.

Quand le téléphone de Mason Millman a sonné à la fin octobre et qu’il a entendu qu’il était invité au camp de sélection Sport Chek, il frappait des balles sur le terrain d’exercice du Tin Cup avec Suzuki et son ami de longue date Gordie O’Dwyer.

Millman – choisi 103e au total par les Flyers de Philadelphie au repêchage 2019 de la LNH – s’est éloigné pour prendre l’appel. Il est revenu et les gars lui ont demandé qui lui avait téléphoné.

« Il a dit : "C’était Hockey Canada" et on a répondu "Pour vrai?" », raconte O’Dwyer, un gardien de but qui passera la saison 2020-2021 avec les Rockets de Strathroy de la Ligue de hockey junior Greater Ontario. « Il était vraiment énervé et moi et Ryan, nous étions vraiment excités pour lui. C’était pas mal spécial. »

Même si le fait d’entendre cette nouvelle de la part du personnel des entraîneurs et du groupe de gestion était quelque chose en soi, « le fait que Zuke et moi allions vivre cette aventure ensemble » représentait une valeur ajoutée aux yeux de Millman.

Suzuki – 28e choix du repêchage 2019 de la LNH par les Hurricanes de la Caroline – avait reçu son appel quelques jours avant et était tout aussi excité d’avoir la chance de porter l’uniforme rouge et blanc. Les deux allaient tout donner au camp de sélection.

Ce n’était pas une surprise de les retrouver ensemble au terrain d’exercice. Chaque été, ils se trouvent une activité pour se garder occupés, actifs et pour avoir une compétition saine. Cet été, c’était le golf.

« Plus jeunes, nous étions dans la même équipe de soccer avec tous les gars. Un autre été, nous avons joué au paintball. Nous faisions toujours quelque chose », fait remarquer Suzuki. « Mais peu importe ce que nous faisons, nous nous poussons l’un et l’autre. Que ce soit en jouant au tennis de table dans le sous-sol ou à des jeux vidéo, nous sommes toujours compétitifs. »

À London, ils sont quelques anciens coéquipiers du hockey mineur qui sont restés amis en devenant de jeunes adultes.

« Il faut s’entourer de bons gars, beaucoup de notre succès vient de là », philosophe Suzuki.

Le duo sait que la compétition en dehors du hockey représente une façon importante de garder un équilibre et de s’assurer que leur amitié perdure au hockey. O’Dwyer est du même avis. « C’est super important qu’entre amis, on s’évade et passe du temps ensemble pour faire quelque chose qu’on aime. »

Cependant, il n’y a pas de consensus parmi les trois quand vient le temps de dire à quel point leur emploi du temps à l’extérieur de l’aréna est tranquille.

« Vous savez, aucune activité ne peut être simplement amusante avec l’esprit compétitif qui nous habite, alors même une belle journée sur le terrain de golf est synonyme de performance et de compétition maximales », confie Millman, en riant. « Mais je pense que juste relaxer, passer du temps avec nos amis et faire des blagues, c’est notre façon à nous de nous calmer. »

Millman et Suzuki ont non seulement l’appui de leurs amis, mais aussi l’avantage de pouvoir s’inspirer du frère aîné de Ryan, Nick Suzuki, qui a porté le chandail orné de la feuille d’érable au Championnat mondial junior 2019 de l’IIHF.

« Quand il a vécu ces moments, Mason et moi on l’a regardé aller avec nos yeux de plus jeunes », témoigne Suzuki. « Évidemment, Nick est mon frère, alors je suis avec lui par la force des choses. Mais tous les jours, je vais de mon plein gré chez Mason pour passer du temps de qualité avec lui. »

Ryan a un frère aîné de qui s’inspirer et un frère qu’il a choisi.

Les deux espoirs du Mondial junior 2021 sont d’avis que cette notion de relation qu’ils ont forgée représente bien plus qu’une simple amitié.

« Zuke et moi, nous pensons que c’est beaucoup plus que ça. Nous sommes deux frères qui rivalisent ensemble dans ce que nous entreprenons. »

Même s’ils se font face dans des rôles différents sur la glace – Millman est un défenseur et Suzuki est un centre – le contraste est certainement moins évident dans leur façon de se comporter à l’extérieur de la patinoire.

« Nous aimons faire les mêmes activités et nous sommes pas mal sociables, mais Milly parle plus facilement que moi », explique Suzuki. « Je suis plus gêné quand tu me rencontres pour la première fois, mais quand tu réussis à me laisser ouvrir à toi, je suis pas mal sociable. Milly a réussi ça avec moi assez vite. »

« Il ne parle pas tant que ça la première fois que tu le croises, mais je pense qu’il fait preuve de beaucoup de leadership par la façon dont il travaille sur la glace et en dehors », ajoute Millman.

« Ce sont deux très bons gars. Ils peuvent avoir des conversations auxquelles certains d’entre nous ne peuvent pas participer », souligne O’Dwyer. « Ils sont vraiment proches et ont une amitié fraternelle typique. Ils peuvent faire des blagues dont ils ne feront pas une affaire personnelle et le lendemain, ils peuvent faire quelque chose ensemble et s’apprécier encore. »

Ça n’a pas pris de temps à Milly pour réussir à ce que Zuke se confie à lui et ça n’a pas été long non plus pour qu’il le contacte sur Facetime le jour où Ryan a été échangé à Saginaw le 10 janvier. Excité d’être réuni à nouveau à son ami après deux ans et demi séparé de lui, Milly avait hâte de partager quelques informations internes à son ami.

« Nous avons été deux ans sans jouer ensemble Zuke et moi. Quand il a été échangé, c’était un peu drôle de le voir à nouveau arborer les mêmes couleurs que moi », se remémore Millman. « Je lui ai dit à la blague qu’il ne pouvait pas me quitter, qu’il était trop en amour avec moi. »

Cependant, Millman a remarqué une différence en ce qui a trait au sens du hockey de Suzuki la première fois qu’ils ont été séparés.

« Je pense qu’il est vraiment plus menaçant et efficace avec la rondelle… si tu lui donnes un tout petit espace, il va le prendre et faire son jeu. »

Ils éprouvent une profonde fierté l’un pour l’autre.

D’une période de sept ans à progresser ensemble quand ils étaient plus jeunes avec les Jr. Knights jusqu’à une quarantaine dans un hôtel de Red Deer dans le cadre du camp de sélection, il y a peu d’expériences au hockey qu’ils n’ont pas vécues ensemble.

« Nous étions deux petits gars avec les Jr. Knights et nous partageons le même rêve, donc le fait d’avoir grandi avec Milly et que nous soyons devenus de si bons amis au fil de notre carrière au hockey, c’est vraiment spécial. »

Zuke et Milly, meilleurs amis pour la vie, représentant l’indicatif régional 519.

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF 2020-2021 : Les coulisses du camp
Jetez un coup d’œil sur ce qui s’est passé à l’extérieur de la patinoire, en coulisse du camp de l’équipe féminine.
ENF 2021 : ROUGES 4 – BLANCS 3 PROL. (jeu dirigé no 3)
Ella Shelton joue les héroïnes en prolongation, et les Rouges battent les Blancs.
ENF 2021 : BLANCS 2 – ROUGES 1 (jeu dirigé no 2)
Ella Shelton a marqué le but gagnant en fin de match, et les Blancs ont battu les Rouges.
2020-2021 ENP: ROUGES 5 – BLANCS 0 (jeu dirigé no 3)
James Dunn a inscrit un autre tour du chapeau pour mener les Rouges à un balayage des séances de jeu dirigé.
Horaire