sarah nurse feature
« La haine, ce n’est que du bruit »
Combattre les stéréotypes auxquels elle a été confrontée a aidé Sarah Nurse à devenir un modèle pour les jeunes joueuses de hockey noires et une chef de file au hockey féminin
Jason La Rose
|
17 février 2019
|

« Ne devrais-tu pas jouer au basketball? »

Sarah Nurse l’a entendu à plusieurs reprises. Elle s’est habituée aux questions et commentaires, aux remarques méprisantes et aux petits sourires en coin provenant de l’autre côté de la patinoire.

En tant que jeune fille noire jouant au hockey mineur de haut niveau contre des garçons à Hamilton, Ontario, Nurse n’était pas étrangère aux remarques des gens qui questionnaient sa place au hockey, et rien de ça n’avait rapport à ses habiletés à ce sport.

« Les gens ont toujours douté de ma décision de jouer au hockey en raison de mon sexe et de mon origine ethnique », confie Nurse. « J’ai eu évidemment des commentaires et des remarques au cours de ma carrière qui n’étaient pas toujours malveillants, mais qui m’ont fait songer à la perception des gens en ce qui a trait à l’origine ethnique. »

Nurse sait qu’elle ne peut changer ces perceptions à elle seule, mais elle fait certainement sa part.

L’athlète de 24 ans a remporté une médaille d’argent aux Jeux olympiques de 2018, un titre mondial avec l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada en 2013 et un titre national avec Ontario Rouge au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2011. De plus, elle a été sélectionnée deuxième au total par les Furies de Toronto au dernier repêchage de la LCHF.

Elle porte à nouveau l’uniforme orné de la feuille d’érable cette semaine dans le cadre de la Série de la rivalité contre les États-Unis, visant une première participation au Championnat mondial féminin de l'IIHF en Finlande dans quelques mois.

Ce n’est que la pointe de l’iceberg pour Nurse, qui n’a pas manqué de motivation pour connaître du succès.

« J’aime faire mentir les gens et ça a toujours été une force motrice dans ma vie », dit-elle. « Quand je suis dans le doute ou que je me questionne, j’aime avoir l’occasion de montrer aux gens ce dont je suis capable. Je me pousse constamment et le fait d’avoir surmonté ces obstacles a assurément fait de moi la joueuse que je suis aujourd'hui. »

Alors, d’où vient cette force de caractère?

Nurse donne tout le crédit aux membres de sa famille, qui connaissent une ou deux choses sur les réalisations sportives.

Son arbre généalogique de sports comprend la crosse (son père Roger a immigré au Canada en provenance de Trinité-et-Tobago dans les années 1970), le hockey (son frère Isaac porte les couleurs des Bulldogs de Hamilton de l’OHL et son cousin Darnell patrouille la ligne bleue des Oilers d'Edmonton de la LNH) et le football (son oncle Richard a joué six saisons avec les Tiger-Cats de Hamilton de la LCF et son oncle Donovan McNabb a été le quart-arrière des Eagles de Philadelphie de la NFL, menant son équipe au Super Bowl XXXIX).

Il y a aussi sa cousine Kia, une double championne de la NCAA et médaillée d’or des Jeux panaméricains en basketball qui a été choisie parmi les 10 premières au repêchage de la WNBA.

C’est son lien avec la famille qui a aidé ce produit de l’Université du Wisconsin à garder le cap et à ne pas penser à la haine ou au racisme, mais plutôt à être la Sarah Nurse qu’elle peut être.

« On m’a appris que la haine, ce n’est que du bruit et de ne jamais me laisser ébranler », lance-t-elle. « Mes parents m’ont toujours encouragée à avoir confiance en la personne et la joueuse que je suis et dit qu’au bout du compte, mon caractère et mes habiletés parleraient d’eux-mêmes. Je dois beaucoup à ma famille de m’avoir enseigné comment composer avec ces situations de manière respectueuse et de garder la tête haute. »

Ce sont les leçons que Nurse veut transmettre à la prochaine génération.

Comme elle s’est tournée vers les pionnières du hockey féminin Cassie Campbell-Pascall, Hayley Wickenheiser et la membre du Temple de la renommée du hockey Angela James, les joueuses du hockey mineur d’aujourd'hui observent Nurse et ses coéquipières en tant que chefs de file du hockey féminin.

C’est un statut qui amène son lot de pression, mais aussi la capacité à provoquer des changements sur la glace comme à l’extérieur.

« Pour moi, c’est très important de jouer un rôle de modèle et c’est quelque chose dont je suis vraiment fière », affirme Nurse. « Je veux encourager les jeunes femmes noires à éliminer les barrières non seulement au hockey, mais dans n’importe quoi d’autre, sans égard aux stéréotypes. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Camp 2019 de l’ENP : BLANCS 5 – JPN 0 (Match 5)
Dunn obtient trois buts dans un gain des Blancs face au Japon.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 5 – JAPON 0 (Match 4)
Sorley et Culmone marquent deux buts chacun et les Rouges gagnent.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 1 – BLANCS 0 (Match 3)
Culmone marque et Larocque signe un jeu blanc dans un gain des Rouges.
Camp 2019 de l’ENP : CAN-W 15 – JPN 0 (Match 2)
McGregor donne la victoire aux siens avec une récolte de six points.
Horaire