o o h i c 960x540  costello
L'homme qui avait un plan
Murray Costello a changé l'orientation du hockey canadien et près de 40 ans après qu'il a occupé le poste de président de l'ACHA, son empreinte sur le sport reste
Paul Edmonds
|
19 juin 2017
|

Lorsqu'il a accepté le poste vers la fin des années 1970, sa compréhension personnelle était qu'il s'engageait pour cinq ans. Après cela, il allait passer à autre chose, peut-être se tourner vers son diplôme en droit ou encore se lancer dans d'autres projets.

Disons que ce plan ne s'est pas matérialisé et que cinq années se sont transformées en une longue carrière.

Maintenant, après des décennies dans le sport et d'innombrables contributions à la mise en œuvre d'initiatives et de réalisations en tant qu'ancien meilleur administrateur du hockey amateur au Canada, Murray Costello recevra l'Ordre du hockey au Canada.

Il va sans dire que c'est un honneur que Costello est fier d'accepter, dans la même veine que son intronisation au Temple de la renommée du hockey en 2005, mais dans un cas comme dans l'autre, il n'est pas à l'aise d'être le seul à se trouver sous le feu des projecteurs.

« Je ne tente pas de feindre une fausse modestie », admet Costello. « Mais je me sens coupable de tout ça parce que tant de gens ont travaillé si fort pour que ça se concrétise. Selon moi, le hockey est un sport d'équipe sur la glace, mais c'est aussi un sport d'équipe à l'extérieur de la glace. »

Costello a occupé le poste de président de l'Association canadienne de hockey amateur (ACHA) de 1978 à 1998. Il a supervisé et favorisé la croissance sans précédent du sport, tant sur la scène nationale qu'internationale, incluant la participation accrue des femmes et la fusion de l'ACHA et de l'ancienne Hockey Canada pour former l'un des organismes de régie les plus unis et forts, actuellement connu sous le nom de Hockey Canada.

Maintenant âgé de 83 ans, Costello a passé sa vie exclusivement dans le hockey.

« J'ai mené une vie plutôt privilégiée. Il y a peu de gens qui peuvent prendre leur passion d'enfance pour un jeu et la transformer en un moyen de gagner sa vie, puis d'être reconnu pour l'avoir fait lorsque tout est fini. D’après moi, c'est ce à quoi ressemble ma vie. Parce que travailler dans le hockey n'était pas vraiment travailler. »

Après avoir grandi à South Porcupine, Ontario, Costello a concrétisé le rêve d'enfance d'un très grand nombre de Canadiens passionnés du hockey en jouant dans la Ligue nationale de hockey.

À la suite d’une brillante carrière junior avec les St. Michael’s Majors, il a accédé à la LNH où il a joué 162 matchs auprès de trois équipes différentes, la plupart de ces matchs avec les Bruins de Boston de 1954 à 1956.

À la fin de sa carrière professionnelle et senior, il s'est aventuré du côté de la gestion du sport, travaillant à Seattle auprès d'une ancienne ligue professionnelle, la Western Hockey League, pendant 15 ans avant de rentrer chez lui en Ontario et de s'installer à Ottawa.

À son retour dans l'Est, il a terminé ses études en droit à l'Université d'Ottawa, obtenant son diplôme en 1977. Pendant qu'il se taillait une carrière en droit, il enseignait et travaillait sur des programmes de certification en entraînement au hockey.

Au même moment, alors que les activités commerciales du hockey prenaient de l'ampleur au pays, le conseil d'administration de l'ACHA a décidé qu'il avait besoin d'un administrateur de haute direction permanent afin de s'éloigner d'une base d'activités bénévole.

Costello a été encouragé à postuler pour le poste et il a été embauché comme le premier président à temps plein de l'ACHA. C'est alors que son héritage concernant le jeu a vraiment commencé à se manifester.

En se remémorant ses années comme président, Costello ne peut choisir un seul fait saillant – il en retient trois.

Premièrement, au début des années 1980, il a convaincu le regretté Ed Chynoweth d'inclure les meilleurs joueurs du junior majeur à la formation canadienne pour le Championnat mondial junior de l’IIHF.

Chynoweth était le président de la Ligue canadienne de hockey, organisation qui chapeaute les trois ligues de hockey junior majeur au Canada : la Ligue de hockey de l'Ouest, la Ligue de hockey de l’Ontario et la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

« Ce ne fut pas facile à vendre », a dit Costello. « Ils ne voulaient pas se départir de leurs meilleurs joueurs pendant les Fêtes parce que c'était à cette période que la plupart des équipes attiraient leurs plus grandes foules. Nous avons travaillé fort à les convaincre en leur disant qu'ils pourraient faire valoir leur ligue au monde entier, pas seulement au Canada. »

Au bout du compte, Chynoweth a accepté et le Programme d'excellence a vu le jour. La décision a immédiatement porté des fruits, le Canada remportant sa première médaille d'or au mondial junior au tournoi de 1982 au Minnesota.

« À partir de là, nous ne sommes jamais revenus sur le passé », a-t-il dit.

Costello est aussi extrêmement fier de la croissance et de l'encouragement du hockey féminin pendant qu'il était en poste à l'ACHA. En 1990, il a guidé l'association lors de la tenue du premier Championnat mondial féminin de l'IIHF à Ottawa.

L'événement et l'incroyable succès qu'il a connu tant sur la glace qu'à l'extérieur de celle-ci dans la capitale nationale ont aidé à énergiser le sport et à ouvrir la voie pour l'acceptation du hockey féminin aux Jeux olympiques d'hiver.

« Il a vraiment été bien reçu », a dit Costello. « Cela a en quelque sorte lancé le hockey féminin. Et tout ça a pris des proportions bien au-delà de ce que nous aurions pu penser. »

Mais sa réalisation la plus chère au hockey, celle qu'il décrit comme « la plus grande de toutes », est la fusion des deux organisations distinctes du hockey canadien.

Lorsque Costello a fait ses débuts à l'ACHA, celle-ci était l'un des deux groupes qui régissaient le sport au Canada. L'autre était l'ancienne organisation de Hockey Canada dont le mandat était surtout de faciliter la tenue d'événements plus gros et plus profitables comme la Coupe Canada et d'autres compétitions prestigieuses.

Après que les deux groupes eurent travaillé étroitement, mais indépendamment la plupart du temps, Costello est parvenu à les réunir en une même association en 1994 sous le nom d'Association canadienne de hockey devenue Hockey Canada par la suite.

Cette fusion a permis que le produit d'événements d'envergure chemine jusqu'au hockey à l'échelle locale. Elle a aussi joué un rôle clé dans le développement du hockey mineur tout en intégrant les meilleurs joueurs professionnels de la LNH à la compétition internationale comme le Championnat mondial de l'IIHF et, plus tard, les Olympiques.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Camp 2019 de l’ENP : BLANCS 5 – JPN 0 (Match 5)
Dunn obtient trois buts dans un gain des Blancs face au Japon.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 5 – JAPON 0 (Match 4)
Sorley et Culmone marquent deux buts chacun et les Rouges gagnent.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 1 – BLANCS 0 (Match 3)
Culmone marque et Larocque signe un jeu blanc dans un gain des Rouges.
Camp 2019 de l’ENP : CAN-W 15 – JPN 0 (Match 2)
McGregor donne la victoire aux siens avec une récolte de six points.
Horaire